Actualisé 29.01.2019 à 12:24

Football«Si Sala était mon fils je ne voudrais jamais arrêter»

L'entraîneur anglais de Cardiff City, Neil Warnock, s'est livré avec émotion sur la disparition d'Emiliano Sala, qui aurait dû rejoindre son club.

de
sc

L'entraîneur de Cardiff City, Neil Warnock, a révélé lundi avoir pensé à démissionner après la disparition d'Emiliano Sala, évoquant «une semaine traumatisante».

«Vous pensez 24 heures sur 24 à la question de savoir s'il faut continuer ou non, a déclaré Warnock, pour sa première conférence de presse depuis la disparition de l'attaquant argentin. C'est impossible de dormir. Je suis dans le football depuis 40 ans et cela a été la semaine la plus difficile de ma carrière, et de très loin. Ça a été une semaine traumatisante, et ça l'est toujours. Je n'arrive pas à me faire à la situation», a-t-il poursuivi. «Je crois que nous serions tous d'accord pour dire que nous voudrions plutôt avoir Emiliano ici et être relégués. Vous voyez ce que je veux dire? La vie est bien plus importante que le football dans cette situation.»

«Ça m'a probablement heurté plus fort que n'importe qui d'autre, car j'ai rencontré le garçon et je lui ai parlé pendant les six à huit dernières semaines», a confié le technicien anglais, qui avait fait le déplacement en France pour convaincre le buteur argentin de rejoindre les «Bluebirds». «Je lui ai dit qu'il est ce que j'appelle un footballeur laid, un gratteur. Et que c'était pour ça qu'il irait si bien chez nous. Il donnait tout, à 100%, à chaque fois qu'il jouait. Il ne jouait pas toujours bien, mais il a marqué de grands buts et je crois qu'il se réjouissait vraiment de son défi en venant ici. Il avait des trous partout dans ses pantalons et ressemblait à un clochard. Je lui ai dit qu'il se sentirait bien ici, parce qu'on en a quelques-uns comme ça. C'est le souvenir que j'en garderai, parce que nous avons bien ri. Il m'a dit: "je vous marquerai les buts" et je lui ai répondu: "je sais que tu le feras".»

Le message prémonitoire d'Emiliano Sala

«Qu'est-ce que j'ai peur!»: le footballeur argentin Emiliano Sala avait envoyé un message vocal à des proches dans lequel il s'inquiétait de l'état de l'avion, toujours introuvable mercredi matin après sa disparition lundi soir au-dessus de la Manche.

«Je regarde mes enfants et je me demande ce que j'aurais fait»

Warnock a aussi révélé que lui et plusieurs joueurs de Cardiff avaient parlé à des psychologues à la suite de la disparition de Sala. «Il faut le faire. Qui va motiver le motivateur? Ça va quand je suis en public ou avec les joueurs, mais c'est quand je suis seul ou à la maison que j'y pense», a-t-il indiqué, confiant que «trois ou quatre» de ses joueurs avaient très mal vécu le drame. «Et je repense forcément au vendredi d'avant, où je lui ai proposé de venir avec nous à Newcastle le lendemain pour nous voir jouer. Mais il voulait retourner à Nantes et voir ses coéquipiers, sa famille, et prendre ses affaires pour la semaine suivante, donc ça s'est passé ainsi. Je l'ai juste remercié et il est parti, vous savez...»

Le manager a également confié qu'il comprenait la volonté de la famille du disparu, notamment de la soeur Romina et de la mère Mercedes de ne pas perdre espoir et de poursuivre les recherches. Je comprends parfaitement la position de Romina. S'il s'agissait de mon gamin, je voudrais que tout le monde poursuive les recherches pour toujours. C'est une situation tellement étrange. Tout le monde espère comme la famille. Je n'arrête pas de regarder mes enfants en pensant à ce que je ferais dans la même situation. C'est très traumatisant et ils (ndlr: les Sala) ont toute ma sympathie. Je trouve qu'ils ont été fantastiques.»

Ranieri «très triste»

Le Nantais Sala, qui avait été transféré à Cardiff pour un record de 15 millions de livres, et le pilote David Ibbotson sont portés disparus depuis lundi après la disparition des radars de leur avion privé, au large des îles anglo-normandes. Des recherches privées ont été lancées samedi après l'arrêt des opérations de recherche des autorités britanniques jeudi.

Les membres du club gallois et les supporters arboreront une jonquille jaune, symbole gallois, en hommage à Sala, lors de la rencontre de Premier League à Arsenal mardi soir. Une minute de silence sera aussi respectée lors des matches de mardi et mercredi.

Claudio Ranieri, ancien entraîneur de Sala à Nantes la saison passée, a aussi pris la parole lundi à propos du joueur disparu. «Je veux appeler Nantes pour voir ce que je peux faire, a déclaré Ranieri, aujourd'hui à la tête de Fulham, en conférence de presse. Emiliano était un garçon fantastique, un joueur qui mettait sa tête là où les autres ne mettaient pas leur pied, leur jambe», a dit l'Italien. «Pour moi, c'est très très triste et pour sa famille, pour tout le monde. Que peut-on faire? Rien. Juste une prière pour lui et sa famille», a-t-il regretté.

(sc/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!