Santé - Sida: des dizaines de pays ont atteint les objectifs de l’ONU
Publié

SantéSida: des dizaines de pays ont atteint les objectifs de l’ONU

«Il est possible de maîtriser une pandémie qui semblait presque incontrôlable il y a 20 ans»: en 2016, des objectifs avaient été fixés pour 2020, dans le but d’éradiquer le sida d’ici à 2030.

En 2020, quelque 690’000 décès provenant de causes liées au sida ont été enregistrés, soit une diminution de 55% de 2001 à 2020.

En 2020, quelque 690’000 décès provenant de causes liées au sida ont été enregistrés, soit une diminution de 55% de 2001 à 2020.

AFP

Quarante ans après l’apparition des premiers cas de sida, des dizaines de pays ont atteint ou dépassé les objectifs fixés par l’Assemblée générale des Nations unies en 2016, s’est réjouie l’ONU jeudi. Au moins 40 pays sont en voie de réaliser une réduction de 90% de la mortalité liée au sida d’ici à l’année 2030, y compris neuf pays situés en Afrique de l’Est et du Sud, selon un rapport de l’Onusida, l’agence spécialisée de l’ONU.

Le rapport ne donne pas de statistiques par pays, mais montre que les morts liées au sida ont diminué dans le monde depuis 2010, sauf en Europe de l’Est et en Asie centrale où les infections ont également bondi sur la même période. Elles ont également légèrement progressé au Moyen-Orient/Afrique du Nord et en Amérique latine.

690’000 décès en 2020

En 2016, des objectifs ont été fixés par l’Assemblée générale de l’ONU pour 2020 dans le but d’éradiquer le sida d’ici à 2030. Cinq ans plus tard, des dizaines de pays ayant des caractéristiques épidémiologiques et économiques diverses ont atteint ou ont dépassé plusieurs de ces objectifs, montrant qu’«il est possible de maîtriser une pandémie qui semblait presque incontrôlable il y a 20 ans», explique l’Onusida.

En 2020, quelque 690’000 décès provenant de causes liées au sida ont été enregistrés, soit une diminution de 55% de 2001 à 2020, relève le rapport, publié à la veille de la cinquième session de haut niveau sur le sida que l’Assemblée générale tiendra les 8-10 juin. Le rapport montre que «les pays dotés de lois et de politiques progressistes et de systèmes de santé forts et inclusifs ont obtenu les meilleurs résultats contre le VIH». Dans ces pays, les personnes vivant avec le VIH ont de meilleures chances d’avoir accès à des services efficaces de lutte contre le virus, y compris son dépistage, l’accès à un traitement médical préventif et à des soins de qualité, et à la délivrance d’un traitement pour plusieurs mois.

16,2 millions de morts évités en 10 ans

«Les pays très performants ont ouvert la voie à d’autres», a souligné la directrice exécutive de l’Onusida, Winnie Byanyima. «Leur financement adapté, l’implication véritable des communautés, leurs approches multisectorielles et fondées sur les droits, ainsi que l’utilisation de données scientifiques pour guider les stratégies ciblées ont inversé le sens de l’épidémie et sauvé des vies», a-t-elle ajouté.

Selon le rapport, la démocratisation de la thérapie antirétrovirale a permis d’éviter quelque 16,2 millions de morts en dix ans. Parmi les 37,6 millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde en 2020, l’Onusida estime que 27,4 millions étaient sous traitement – soit un chiffre qui a plus que triplé depuis 2010, mais qui est en deçà de l’objectif 2020 de 30 millions.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire