EasyJet: Siège d'avion sans dossier, easyJet fait le buzz
Actualisé

EasyJetSiège d'avion sans dossier, easyJet fait le buzz

Une passagère a eu une drôle de surprise au moment d'embarquer mardi dans un avion à destination de Genève. La place qu'elle devait occuper n'avait pas de dossier.

Une image des plus surprenantes a fait le tour des réseaux sociaux ce mardi. Une personne voyageant avec easyJet et qui ralliait Genève depuis l'aéroport de Londres-Luton a été photographiée assise sur un siège sans dossier dans l'avion. Il n'en fallait pas plus pour créer un «bad buzz». Le cliché a été partagé des milliers de fois et a fait l'objet de plusieurs articles dans la presse britannique.

La personne qui a publié la photo affirme que l'hôtesse de l'air aurait demandé à la passagère de rester à cette place jusqu'à ce que l'embarquement soit terminé. Ensuite, explique-t-il, elle aurait été déplacée sur un siège conforme.

Dans un tweet disparu depuis, la compagnie low-cost a demandé à ce que la photo soit retirée: «Merci d'avoir porté ceci à notre attention, avant que nous puissions enquêter sur cette affaire, je vous demande de retirer la photo et de nous donner plus d'informations à ce sujet, afin que nous puissions vous aider au mieux.»

Cette requête de la part d'easyJet a suscité l'indignation des utilisateurs des médias sociaux, furieux de cette demande de censure.

Dan Lambden sur Twitter: «L'audace de vous demander de retirer votre photo ! Honte à toi, easyJet!»

Hazel McDonald a dit : «C'est honteux! Si dangereux».

D'autres ont jugé qu'il était inquiétant qu'easyJet leur demande de supprimer les images.

La photo n'a finalement pas été retirée et a continué à être partagée.

Sur Twitter encore deux commentaires ont précisé avoir pris ces derniers jours un avion, sans doute le même, auquel il manquait deux dossiers, depuis Berlin et Barcelone.

Questionnée à propos de ce cliché, EasyJet a précisé qu'«aucun passager n'a été autorisé à s'asseoir et à voler sur ces sièges étant donné qu'ils n'étaient pas fonctionnels et en cours de réparation». La compagnie aérienne insiste sur le fait que la sécurité est sa «première priorité» et qu'elle« opère sa flotte dans le strict respect de toutes les recommandations de sécurité».

Quant à savoir ce qu'il serait advenu de cette femme si le vol avait été complet, easyjet répond que «deux passagers se seraient vu offrir un vol de remplacement, car en aucun cas ils n'auraient été autorisés à voyager dans ces sièges». Si la compagnie dit ne pas être en mesure de confirmer que d'autres passagers ont été confrontés aux mêmes problèmes sur d'autres liaisons, elle insiste sur le fait que «les sièges seront réparés ce soir et l'avion a été retiré des programmes de vols en attendant».

Contacté, l'Office fédéral de l'aviation civile suisse a expliqué que si le siège n'était pas en service pour le vol, cela ne contrevenait à aucune règle de sécurité. Il précise qu'asseoir un passager durant les procédures d'embarquement ne pose pas de problème également.

(20 minutes)

Ton opinion