Sécurité des bâtiments: Siemens supprime 40 emplois en Suisse

Actualisé

Sécurité des bâtimentsSiemens supprime 40 emplois en Suisse

Siemens rationalise son activité dans les techniques de sécurité pour les bâtiments.

Le géant industriel allemand supprime 300 emplois de par le monde, dont 40 en Suisse. Le siège de la division est par ailleurs transféré de Karlsruhe vers la Suède.

L'Allemagne perd quant à elle pas moins de 120 emplois. Le solde de 140 emplois, soit ceux en dehors de la Suisse et de l'Allemagne, sont à supprimer dans d'autres pays où le conglomérat est implanté. L'information parue dans plusieurs journaux a été confirmée à l'ATS pour son volet helvétique par un porte-parole de Siemens Suisse.

En Suisse, un bon tiers des emplois de la division (qui comprend les installations de chauffage et de climatisation) passe à la trappe. L'opération achevée, il restera environ 70 personnes actives dans un domaine qui concerne notamment des appareils d'alarme incendie ou effraction.

La moitié des 40 postes supprimés le seront par des fluctuations naturelles et des mises à la préretraite, a précisé le porte-parole. Les personnes visées seront informées au cours des prochaines semaines.

La mesure répond au recul de la demande mondiale et à l'absence de perspectives de reprise à court terme. Elle ne fait pas partie des près de 17'000 emplois à supprimer à l'échelle du groupe, selon le représentant de Siemens.

Siemens emploie quelque 7000 collaborateurs en Suisse. Environ la moitié de ce personnel est rattaché à la filiale helvétique du conglomérat basé à Munich, en Bavière.

(ats)

Ton opinion