Tennis: Sifflé, Alexander Zverev demande pardon
Actualisé

TennisSifflé, Alexander Zverev demande pardon

Auteur d'un match de grande qualité, l'Allemand a éliminé Federer en demi-finale du Masters, samedi à Londres. Un incident de jeu a toutefois fâché le public.

par
Oliver Dufour
Londres

Il n'y aura pas de 7e titre pour Roger Federer à l'occasion des ATP Finals. Et donc pas, dans l'immédiat, de 100e trophée en carrière. Sur le court de l'O2 Arena, le No 3 mondial a trébuché à l'occasion de sa 15e demi-finale de Masters, face à Alexander Zverev. Auteur d'une partie d'une admirable constance, qui lui avait parfois fait défaut dans les grands rendez-vous, le jeune tennisman de Hambourg (21 ans) a dans l'ensemble dominé son aîné, âgé de 37 ans. Injouable sur son service, alors que Federer n'a pu faire mieux que 57% de premières balles réussies sur l'ensemble du match, le 5e joueur mondial s'est posé en véritable casse-tête pour son adversaire rhénan.

L'un des tournants du match est survenu durant le tie-break, dans la seconde manche. Alors que le score était de 4-3 en faveur de Federer, Zverev a servi pour égaliser. Après une première balle faute, «Sascha» a engagé avec une deuxième balle des plus prudentes. Mais alors que «RF» semblait prendre l'ascendant dans l'échange et sur le point de réussir un mini-break, l'Allemand a demandé l'interruption du jeu. Derrière Federer, un garçon de balle placé en fond de court, côté chaise d'arbitre, venait de lâcher une balle à ses pieds. Or le règlement est très clair. Si une balle autre que celle qui est en train d'être jouée se retrouve sur le court durant un échange, il faut rejouer le point. Après avoir consulté les «ball kids», l'arbitre Carlos Bernardes a donc appliqué la règle à la lettre, sous les sifflets indignés du public, largement acquis à la cause de Roger Federer. Zverev a remporté ce point rejoué avec un ace pour égaliser, puis les deux suivants pour s'offrir une balle de match. Qu'il a convertie après avoir conclu au filet un échange rondement mené pour signer une remarquable victoire, 7-5 7-6.

«Vous devriez vous montrer plus respectueux»

Lors de la traditionnelle interview du vainqueur à-même le court, «Sascha» a cependant été conspué par des supporters déçus de Federer. A tel point que, très mal à l'aise, il a commencé par leur demander pardon. «J'aimerais m'excuser pour la frustration provoquée lors de ce point rejoué. Je suis navré, mais ce sont les règles.» Pas satisfait, le public a poursuivi sa bronca. Ce qui a provoqué la réaction d'Annabel Croft, ancienne joueuse britannique en charge des interviews d'après-match. «Il a raison, ce sont les règles. Je ne comprends pas pourquoi vous êtes tous en train de le huer. Vous devriez vous montrer un peu plus respectueux!» Zverev a alors repris la parole. «J'ai immédiatement présenté mes excuses à Roger au filet. Et je suis vraiment désolé pour ses fans, nombreux ici. Il le mérite d'ailleurs. C'est lui qui mérite d'avoir le plus de fans dans le monde. Et tout ce que je peux dire, c'est que je suis désolé.»

Avec ce succès, Alexander Zverev devient le premier Allemand depuis Boris Becker, voici 22 ans, à atteindre la finale du Masters. «Je suis incroyablement fier de ça. Mais en même temps, je suis un peu bouleversé. Ce n'est pas comme ça que je voulais que ça se termine. Je suis un peu perdu en ce moment», a ajouté le résident de Monaco, pâle et visiblement décontenancé. «Dans le vestiaire après, j'étais triste, a-t-il admis un peu plus tard. J'ai dû prendre un moment pour moi. Peut-être que le public n'a pas compris. Et le fait que je mette un ace après n'a sans doute pas aidé. Enfin si, moi ça m'a aidé moi, mais que puis-je y faire?» Il aura une journée pour se remettre de ses émotions avant d'affronter dimanche en finale (19h) le vainqueur de l'autre demi-finale opposant samedi à 21h Novak Djokovic et Kevin Anderson. «J'ai déjà joué Novak ici cette semaine et ça ne s'est pas très bien passé pour moi», est tout de même parvenu à sourire Zverev. Je ne veux pas dire que j'espère qu'il perde, mais j'ai peut-être une petite préférence pour un autre adversaire. Quoi qu'il arrive, c'est la finale et j'espère que tout ira bien», a-t-il conclu, un peu plus détendu.

Ton opinion