SIG appuie l'offre de reprise de Rank
Actualisé

SIG appuie l'offre de reprise de Rank

A l'unanimité, le conseil d'administation de SIG recommande à ses actionnaires d'accepter l'offre du néo-zélandais Rank et de rejeter celle du consortium CVC/FERD.

Rank est «un partenaire intéressant» pour le groupe schaffhousois.

L'offre de 435 francs par action est en ligne avec la valeur inhérente de SIG. En outre, le rapprochement avec Rank - qui détient désormais un tiers des titres de SIG - obéit à une logique industrielle et stratégique, a indiqué jeudi le conseil d'administration dans son rapport attendu.

Avec une participation dans Carter Holt Harvey et compte tenu de la récente acquisition de la division des emballages pour boissons du groupe International Paper (BevPack), Rank possède l'expérience et le savoir-faire nécessaires dans le secteur des produits forestiers et des emballages, selon le rapport.

Complémentaires

SIG soutient la stratégie de Rank, qui projette de fusionner BevPack et SIG pour donner naissance à une société leader d'emballages de boissons. Les deux sociétés sont complémentaires, tant sur le plan géographique que des produits: BevPack se concentre sur les marchés des produits laitiers et des jus de fruits alors que SIG est spécialisé dans le conditionnement aseptique.

Rank ne prévoit pas non plus de modifier la structure organisationnelle de SIG, ce dont le conseil d'administation se félicite. Rank dit vouloir conserver le management en place, le siège de SIG en Suisse ainsi que la raison sociale de l'entreprise.

Contrairement à l'offre de CVC/FERD, désormais caduque, celle de Rank est quasiment sûre d'aboutir. De plus, Rank vient d'obtenir le feu vert de la Commission européenne pour lancer son OPA, rappelle SIG.

Le 10 mars, Rank avait annoncé son intention de réviser le prix de son offre initiale à 435 francs cash par action SIG, contre 370 francs en décembre dernier. De plus, le groupe néo-zélandais avait indiqué qu'il détenait une participation de 22% dans SIG, relevée depuis à 33,32%.

Rank avait alors pris l'avantage sur la proposition concurrente de CVC et de FERD, la société-mère de l'entreprise norvégienne d'emballages Elopak. Le 12 mars, CVC/FERD avait jeté l'éponge en annonçant qu'il n'augmenterait pas son offre et qu'il avait cédé la majorité des actions SIG qu'il détenait.

Le consortium avait proposé en septembre dernier 325 francs par titre SIG, offre qu'il avait ensuite révisée en janvier à 400 francs.

(ats)

Ton opinion