Actualisé 08.12.2012 à 16:36

Législatives italiennesSilvio Berlusconi annonce sa candidature

Silvio Berlusconi a annoncé aujourd'hui qu'il serait candidat aux prochaines élections législatives italiennes.

Il Cavaliere met ainsi fin à un suspense entretenu depuis plusieurs semaines.

Il Cavaliere met ainsi fin à un suspense entretenu depuis plusieurs semaines.

L'ancien chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a annoncé officiellement samedi à Milanello, près de Milan, sa candidature aux prochaines élections législatives en Italie. Il met ainsi fin à un suspense entretenu depuis plusieurs semaines.

«J'entre en scène pour gagner», a-t-il déclaré à quelques journalistes italiens. «Quand je faisais du sport, quand je travaillais et que j'étudiais, je ne suis jamais entré en compétition pour avoir une bonne place, mais toujours pour vaincre», a-t-il ajouté.

«C'est avec tristesse que je retourne à la vie publique», a-t-il glissé aux médias, filmé par sa chaîne de télévision TGCOM24. «Et je le fais une nouvelle fois par sens des responsabilités.»

«Assailli de demandes»

«J'espère pouvoir être en mesure d'expliquer aux Italiens qu'il est nécessaire d'avoir une force qui dispose de la majorité pour changer les règles de la Constitution», a-t-il poursuivi.

Une réunion de son parti de centre droit, Peuple de la Liberté (PDL), aura lieu dimanche, a-t-il en outre annoncé. Des contacts avec son ancien allié populiste, La Ligue du Nord, sont également prévus.

J'espère «arriver à une décision qui puisse nous permettre de voter ensemble pour le même candidat», a confié celui qui briguera pour la cinquième fois la tête du gouvernement.

Le Cavaliere, 76 ans, avait annoncé fin octobre qu'il renonçait à se présenter au poste de chef du gouvernement, avant d'indiquer mercredi soir qu'il était «assailli de demandes des siens pour revenir au premier plan».

Sauver l'Italie

Et d'ajouter qu'il voulait sauver une «Italie au bord du précipice», minée par le chômage et l'alourdissement de la fiscalité.

Les élections législatives sont normalement prévues en mars prochain, mais la fronde des parlementaires du PDL contre le gouvernement de Mario Monti en poste depuis novembre 2011 pourrait conduire le président Giorgio Napolitano à convoquer plus tôt les électeurs. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!