Saut à ski: Simon Ammann y croit toujours
Actualisé

Saut à skiSimon Ammann y croit toujours

A 33 ans, le quadruple champion olympique remet l'ouvrage sur le métier dès ce week-end pour la nouvelle saison de Coupe du monde qui s'ouvre à Klingenthal (All), pas moins de 17 ans après ses grands débuts sur le circuit.

L'objectif de Simon Ammann sera de se mêler le plus rapidement possible à la lutte pour les honneurs. Ses entraîneurs le disent toujours aussi motivé.

Père d'un petit Théodore depuis cinq semaines, Ammann a commencé un nouveau chapitre dans sa vie, sans vouloir fermer le livre de ses exploits. S'il a choisi de continuer de sauter après des JO de Sotchi très décevants (17e et 23e), c'est qu'il n'a pas renoncé à tutoyer les sommets, lui qui a tout gagné dans sa carrière sauf, refrain connu, la Tournée des Quatre-Tremplins.

«Je veux reprendre contact rapidement avec les meilleurs», déclare le quadruple champion olympique. «J'étais fort lors des derniers entraînements à Oberstdorf.» Ses propos sont corroborés par l'entraîneur des sauteurs suisses Martin Künzle, qui attend de son protégé qu'il s'immisce rapidement dans le top 10, mieux si affinités. Le chef du saut Berni Schödler atteste de son côté qu'Ammann manifeste toujours le même zèle à l'entraînement, en perfectionniste qu'il est.

Consciemment ou pas, le «planeur» du Toggenburg se nourrit peut-être de l'exemple du Japonais Noriaki Kasai, médaillé d'argent olympique au grand tremplin de Sotchi à l'âge de 41 ans en février dernier, et qui lui aussi repart pour un tour cet hiver.

Nouveaux visages

Mais la nouvelle génération ne va pas faire de politesses aux vétérans. Lors du Grand Prix d'été, qui dessine souvent la tendance de l'hiver, de nouveaux visages sont apparus, à l'image du Norvégien Phillip Sjoen (18 ans), deuxième du général derrière le tout aussi inattendu Slovène Jernej Damjan. Les Autrichiens regorgent aussi de nouveaux talents, comme Michael Hayböck ou le vainqueur de la dernière Tournée Thomas Diethart. De quoi combler assez vite le trou laissé par la retraite de Thomas Morgenstern. Et Gregor Schlierenzauer sera toujours là.

Même si Simon Ammann retrouve ses ailes, il doit se préparer à affronter une concurrence exacerbée. Le saut s'est répandu dans de nouvelles contrées. L'an dernier, l'armada polonaise a fait très forte impression, derrière son leader Kamil Stoch, devenu double champion olympique, vainqueur de la Coupe du monde et champion du monde de vol à ski. Les Slovènes emmenés par Peter Prevc et les Allemands (Severin Freund) feront aussi encore partie des favoris, à côté des Autrichiens.

Autour d'Ammann, l'équipe de Suisse prend forme. Gregor Deschwanden (23 ans) s'affirme mois après mois comme un des meilleurs «viennent-ensuite» en Coupe du monde. «Mon but est de me stabiliser aux alentours de la 20e place du général, ce qui passera par un ou l'autre exploit», relève le Lucernois, qui a gagné en constance. Le Vaudois Killian Peier sera le troisième homme (et cela dès le concours par équipes ce samedi à Klingenthal). Le sauteur de la Vallée de Joux, âgé de 19 ans, a montré le bout de ses spatules le mois dernier en se classant 17e de l'étape de... Klingenthal du Grand Prix d'été, qui rassemblait les meilleurs.

L'équipe de Suisse est complétée par Luca Egloff. Grand objectif de l'hiver pour tous ces athlètes: les Mondiaux de Falun, en Suède, dès la mi-février. (ats)

Ton opinion