Sindi Arifi chante dans un clip de Dakota et Nadia

Publié

ValaisSindi Arifi chante dans un clip choc sur les violences conjugales

L’ex-reine de beauté a participé à une vidéo dans laquelle les danseurs Dakota et Nadia livrent une chorégraphie poignante.

par
Ludovic Jaccard
Sindi Arifi, 27 ans, qui vit désormais à Zurich, a démarré une carrière prometteuse en tant qu’influenceuse.

Sindi Arifi, 27 ans, qui vit désormais à Zurich, a démarré une carrière prometteuse en tant qu’influenceuse.

Instagram

Dans un clip poignant contre les violences conjugales qui vient d’être mis en ligne, les danseurs romands Dakota et Nadia livrent une chorégraphie époustouflante sur une reprise d’une chanson de Beyoncé. Cette dernière est interprétée par la Valaisanne Sindi Arifi, Miss Suisse romande 2014, devenue influenceuse. La jeune femme de 27 ans a été très touchée par cette œuvre produite par le média suisse cubique.

Comment se fait-il que votre reprise ait été utilisée pour ce clip?

J’ai repris «Drunk in Love» de Beyoncé en 2014. Quand Dakota et Nadia avaient participé à «La France a un incroyable talent», sur M6 en 2018, Dakota m’avait demandé s’ils pouvaient utiliser ma chanson pour l’une de leurs performances. J’avais accepté avec plaisir. Et du coup, elle se retrouve à nouveau dans ce clip.

Connaissiez-vous déjà Dakota et Nadia, qui sont eux aussi Valaisans?

Je connaissais Dakota depuis bien avant l’émission parce qu’on a grandi tous les deux à Martigny, donc on se voyait assez souvent. Par contre, Nadia je l’ai rencontrée par la suite. Ils sont très sympas, très rigolos, très humains. On passe toujours un très bon moment avec eux. Ils sont vraiment cool!

Que pensez-vous de leur clip?

Il est très fort en émotions et il apporte comme une deuxième vie à ma chanson. Maintenant, quand j’écoute ce titre, je l’entends très différemment. On n’a pas tous vécu des violences psychologiques, mais on connaît tous quelqu’un qui a vécu ça, de près ou de loin.

Les violences conjugales vous touchent-elles personnellement?

Par chance, je n’ai jamais eu le malheur de vivre cela. Mais à l’époque, quand je travaillais dans le social, j’ai rencontré des femmes qui en ont été victimes et c’est quelque chose de difficile à voir.

Que doit-on faire dans ce genre de situations, selon vous?

Si je devais donner un seul conseil, c’est d’en parler. Au moins en parler autour de soi si on n’ose pas en parler aux autorités. Il ne faut pas rester enfermé dans cette situation ni se sentir gêné ou coupable parce qu’il y a beaucoup de victimes qui mettent la faute sur elles-mêmes.

Où en êtes-vous dans votre projet de devenir chanteuse?

La chanson a toujours fait partie de mes passions, mais je me suis plutôt concentrée sur ma carrière d’influenceuse. Cela me prend beaucoup de temps. Du coup, la musique n’est plus un projet professionnel. C’est surtout une passion que je garde pour moi.

Vous avez été témoin, victime ou auteur·e de violence?

  • Police: 117

  • Urgences médicales: 144

  • La Main Tendue (adultes, 24/7): 143

  • Pro Juventute (jeunes, 24/7): 147

  • Centres d’aide aux victimes LAVI

  • Violencequefaire (anonyme et gratuit, réponse dans les 3 jours)

Ton opinion