Sinkewitz reconnaît avoir utilisé un gel à la testostérone

Actualisé

Sinkewitz reconnaît avoir utilisé un gel à la testostérone

Berlin - Le cycliste allemand Patrick Sinkewitz, testé positif pour un taux élevé de testostérone, a reconnu mardi avoir «secrètement» utilisé un gel contenant cette hormone.

Il a été licencié par son équipe T-Mobile.

Le 18 juillet, la fédération allemande de cyclisme avait annoncé que le coureur de l'équipe allemande T-Mobile avait été testé positif pour un taux élevé de testostérone un mois avant le départ du Tour de France.

Le test antidopage a été réalisé le 8 juin et l'échantillon A est revenu positif, avait précisé la fédération. Le manager de T-Mobile Bob Stapleton annonçait aussitôt la suspension immédiate de Sinkewitz, ajoutant qu'il serait licencié en cas de confirmation du résultat.

Sinkewitz a finalement renoncé à faire analyser l'échantillon B. «Pour l'équipe, cela signifie qu'il s'agit d'un cas positif de dopage», a déclaré mardi le porte-parole de T-Mobile Christian Frommert. Cela entraîne donc son licenciement de l'équipe, a-t-il ajouté.

Peu après, Sinkewitz reconnaissait sur son site Internet un «comportement incorrect», l'utilisation de Testogel, une substance qu'il explique avoir appliquée sur la peau pour compenser un déficit en testostérone. Le Testogel, a-t-il ajouté, «est supposé permettre une meilleure récupération durant les exercices d'entraînement difficiles».

«Sans y penser, ou simplement avec une grande stupidité, j'avais secrètement appliqué du Testogel sur mon avant-bras à l'entraînement en France, le soir précédant le test», selon le cycliste. «Je l'ai fait instinctivement et sans penser aux conséquences possibles», a-t-il affirmé.

«C'était une grosse erreur et c'était irresponsable envers l'équipe, mes collègues et tout le cyclisme d'avoir utilisé du Testogel», reconnaît le coureur de 26 ans en ajoutant qu'il aurait pu réaliser les mêmes performances sans prendre ce produit.

Sinkewitz avait pris le départ du Tour de France à Londres le 7 juillet dernier mais avait dû abandonner après avoir heurté un spectateur au cours de la 8e étape dimanche. Il est soigné dans un hôpital de Hambourg. Avant le départ, les 189 coureurs du Tour de France ont signé une charte dans laquelle ils affirment ne pas être dopés et prêts à verser un an de salaire en cas de contrôle positif.

Autre conséquence de cette affaire, le producteur d'eau minérale allemand Foerstina a annoncé mardi la rupture avec effet immédiat de son contrat de parrainage avec Sinkewitz.

AP

Ton opinion