Publié

FootballSion a payé au prix fort son indiscipline

Battus 4-2 à Bâle, les Valaisans ont encaissé deux buts sur corner. Auteur d’un doublé, Kasami leur a fait très mal. Au niveau du jeu, il y a du mieux.

par
Nicolas Jacquier, Bâle
Serey Die (g) et Sion n’auront pas tenu le choc face à Bâle et Kasami. 

Serey Die (g) et Sion n’auront pas tenu le choc face à Bâle et Kasami.

keystone-sda.ch

Chaque fois que le FC Sion se déplace à Bâle, une date émerge, toujours la même, celle du 2 août 1997, coïncidant avec la dernière victoire valaisanne au bord du Rhin en championnat. Ce jour-là, le visiteur entraîné par Alberto Bigon s’était imposé 3-1 dans l’ancien Joggeli grâce à un doublé de Pascal Camadini et une réussite de Didier Tholot. À l’époque, Christian Constantin était déjà le président d’une équipe qui venait de fêter le doublé quelques mois plus tôt.

Depuis, c’est toujours la même rengaine: les coaches défilent, parfois aussi vite que les saisons, les années s’égrènent, mais qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il fasse grand beau, que l’on joue à huis clos ou à guichets fermés, le résultat ne varie guère. Hormis la parenthèse enchantée de la Coupe en 2015, il en résulte une série négative qui, échec après échec, n’en finit pas de s’allonger (23 défaites et 10 nuls).

Avant cette nouvelle tentative de donner tort aux statistiques, Sion restait pourtant sur un succès contre ce même FC Bâle, acquis 1-0 à Tourbillon le 8 juillet passé grâce à un but de Pajtim Kasami, passé depuis dans les rangs rhénans. Le club valaisan, dont les deux derniers déplacements s’étaient soldés par autant de couacs, le plus calamiteux étant celui de Vaduz (défaite 4-1), se devait donc de réagir afin de ne pas basculer dans la crise, pour de bon cette fois-ci.

Six changements

Dans un onze de départ fortement remanié - six changements - par rapport à celui aligné une semaine plus tôt à Lucerne, Grosso a offert sa première titularisation en Super League à Siyar Doldur, un attaquant de 20 ans débarqué de Chiasso et qui n’avait pas encore disputé la moindre minute de jeu officielle dans l’élite jusque-là.

Dans ce match de la 7e journée reporté en raison de la quarantaine valaisanne, Sion a craqué une première fois sur un corner un peu bêtement concédé. On a alors vu Zuffi déposer le ballon sur la tête de Klose, qui a dominé bien trop facilement dans les airs Uldrikis et ses pourtant 198 centimètres. Le géant letton devait en partie effacer son inattention en provoquant le penalty, suite à un tirage de maillot provoqué par Cömert – Grgic ne tremblait pas (27e, 1-1).

Sion allait alors connaître une première embellie qui aurait même dû lui permettre de prendre les devants. Mais Uldrikis n’allait convertir aucune de ses occasions (29e et 32e). Un nouveau corner, tiré de la gauche cette fois-ci et par Zhegrova, permettait à Kasami d’exploiter un premier sauvetage de Fickentscher, à la suite d’une tête à bout portant de Widmer. Deux corners, deux buts, voilà qui est difficilement compréhensible pour une équipe censée avoir travaillé les balles arrêtées.

Trois minutes plus tard, un centre de Widmer, lui-même démarqué par Zhegrova, permettait à Cabral de signer le geste technique de la rencontre d’une talonnade aussi croisée qu’inspirée.

Bâle bousculé

Sion, qui avait ressorti sa tenue militaire pour l’occasion, aurait pu jouer battu, baisser la tête, accepter son sort. Il n’en fut rien, et l’on vit à nouveau, dès la reprise, ses joueurs, sermonnés par Serey Die, proposer des choses intéressantes, allant jusqu’à bousculer Bâle en affichant un état d’esprit guerrier illustré par la réduction du score signée Uldrikis, lequel, lancé en profondeur par Araz, remportait son duel avec Lindner.

Alors face à des Bâlois beaucoup moins sereins, le visiteur se remit à y croire, monopolisa le ballon, se créa quelques chances. Comme celle d’Itaitinga (78e). Avant de tout perdre lorsque Kasami pouvait exploiter un centre de Pululu relâché par Fickentscher. D’autant plus que tour à tour Karlen d’abord (arrêt du gardien) puis Grgic (au-dessus, dans un penalty à retirer) manquaient la double occasion de pimenter la fin de partie.

Moralité de ce début de soirée manqué au niveau comptable mais en partie réussi pour ce qui est du jeu présenté, on va continuer un bout de temps encore à parler du 2 août d’il y a 23 ans

Bâle - Sion 4-2 (3-1)

Parc Saint-Jacques, huis clos. Arbitre: M. Schnyder.

Buts: 10e Klose 1-0. 27e Grgic (penalty) 1-1, 36e Kasami 2-1, 40e Cabral 3-1, 61e Uldrikis 3-2, 80e Kasami 4-2.

Bâle: Lindner; Widmer, Cömert, Klose, Petretta; Zuffi (64e Marchand), Frei; Zhegrova (77e Pululu), Kasami, Stocker (60e Von Moos); Cabral (77e Van Wolfswinkel). Entraîneur: C. Sforza.

Sion: Fickentscher; Theler, Bamert, Ruiz (83e Iapichino), Abdellaoui; Grgic, Serey Die (83e Karlen), Araz; Itaitinga (83e Wakatsuki), Uldrikis (90e Tosetti), Doldur (55e Khasa). Entraîneur: F. Grosso.

Notes: Bâle sans Jorge, Xhaka, Elis (blessés), Pukaj (militaire). Sion sans Andersson, Kabashi, Clemenza, Hoarau, Patrick (blessés), Martic, Cavaré, Zock, Fortune (non convoqués). Fickentscher dispute son 100e match en Super League. 75e: reprise de Cömert sur la latte. 87e minute: Karlen manque un penalty. Sur le deuxième essai, Grgic expédie son tir par dessus.

Avertissements: 67e Von Moos.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
28 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Juju

10.12.2020 à 10:42

Hello 2o minutes que j’aime contrôler vos logos il y a que du bleu absurde étonnant

Traul

10.12.2020 à 10:18

Le troll absurde clique fort...

test absurde

10.12.2020 à 09:29

test absurde test absurde test absurde test absurde