Actualisé 28.01.2009 à 14:43

Valais

Sion et Sierre s'adressent directement aux jeunes

Insultes, agressions, rackets, tags: autant d'actes de violence en augmentation en Valais comme ailleurs.

Après Sion, la ville de Sierre lance en février prochain une campagne de sensibilisation auprès des jeunes.

Baptisée «Le respect des gens et des choses», la campagne sera menée dans neuf classes de sixième primaire. «Un degré juste avant le cycle d'orientation, soit un passage-clé», explique à l'ATS Marie-Françoise Pitteloud, déléguée à la jeunesse et à l'intégration de la ville de Sierre.

Chaque classe, au préalable préparée par son enseignant, suivra une demi-journée d'atelier. Les jeunes sont emmenés pour l'occasion dans un bus spécial. Sans en déflorer la particularité, disons qu'il sera «l'occasion d'une mise en situation et de discussions», précise Marie-Françoise Pitteloud.

Quatre intervenants encadreront les classes: un agent de la police municipale, un chauffeur de bus, un médiateur social et la déléguée à la jeunesse. Le témoignage d'un jeune repenti est également prévu.

Payer sa dette

Sierre a racheté le concept de la campagne à la ville de Sion. Cette dernière a lancé «Le respect des gens et des choses» durant l'année scolaire 2006/2007 et l'a reconduite depuis.

Un jeune tagueur de Sion ayant commis d'importants dommages à la propriété a payé sa dette à la collectivité en collaborant à la mise sur pied de la campagne. Graphiste de formation, il s'est occupé de tout cet aspect. Il a aussi réalisé un film sur son parcours et témoigné dans les classes.

«Avec cette campagne, nous touchons chaque année quelque 350 élèves», précise Blaise Crittin, délégué à la jeunesse de la ville de Sion. Le bilan est pour l'heure «très positif». Les intervenants soulignent le besoin de parler des jeunes et constatent que la situation tend à s'améliorer, notamment dans les bus.

Moins de tags à Sion

Les jeunes jugent la campagne «utile et bien animée» et les parents se montrent satisfaits de l'intérêt accordé à ce thème «important et d'actualité». «Nous ferons un bilan détaillé avec des données chiffrées après la cinquième édition», précise Blaise Crittin.

Les statistiques actuellement à disposition pour les tags en ville de Sion sont d'ores et déjà parlantes: 138 lieux tagués recensés en 2006 contre 61 en 2007 et 52 en 2008. Une baisse sensible due aux efforts conjugués notamment de la ville et de la police. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!