Coupe de Suisse: Sion se qualifie dans la douleur
Actualisé

Coupe de SuisseSion se qualifie dans la douleur

Les Valaisans ont souffert avant de battre Bienne en demi-finale de la Coupe de Suisse 2-1. Ils retrouveront Neuchâtel Xamax en finale.

par
J-P Pressl-Wenger
Sion

D'abord maladroits, puis malchanceux, les hommes de Roussey ont dû puiser dans leurs dernières ressources pour avoir le droit de disputer la douzième finale de leur fantastique histoire d'amour avec la Coupe. Tout n'est pourtant pas allé comme sur des roulettes, la faute à une équipe biennoise bien en place et forte de ses succès lors des tours précédents sur des formations de calibre supérieur (Lucerne et Bâle).

Malgré une domination territoriale claire, Sion n'a jamais trouvé la faille. Et comme c'est souvent le cas dans ce genre de rencontres, le groupe en position défensive a pris l'avantage. Le coaching de Laurent Roussey a ensuite porté ses fruits. En remplaçant coup sur coup Chatton (discret) et Yoda (pas dans son meilleur jour) par Elmer et Sio, le technicien français a vu juste. L'Ivoirien, qui a peiné cette année à retrouver le chemin du but, a été dans tous les bons coups. Dès son entrée et jusqu'au bout de la rencontre.

Bienne, loin de démériter, a fait mieux que résister.

Notamment grâce au trio du milieu de terrain Di Nardo-Doudin-Mathys, impressionant de maîtrise dans une rencontre d'une telle tension. L'émotion sera évidemment de la partie le 29 mai prochain au Parc Saint-Jacques de Bâle, face à Neuchâtel Xamax. Il s'agira de la première finale cent pour cent romande depuis celle remportée par le Servette FC contre Yverdon en 2001.

Sion - Bienne 2-1 (0-0)

Tourbillon. 14 000 spectateurs (estimation). Arbitre: Busacca. Buts: 48e Kehrli 0-1. 62e Sio 1-1. 85e Vanczak 2-1.

Sion: Vanins; Ogararu, Vanczak, Dingsdag, Bühler; Rodrigo; Chatton (52e Elmer), Zambrella (87e Die), Obradovic, Yoda (56e Sio); Prijovic.

Bienne: Walthert; Ledesma (86e Denervaud), Kehrli, Galli, Liechti; Di Nardo; Egli, Doudin, Mathys, Vuille (77e Challandes); Etoundi.

Notes: Sion sans Mrdja, Marin (blessés) ni Adailton (suspendu), Bienne sans Morello (blessé) ni Sheholli (suspendu). Avertissement: 71e Ogararu.

Le souvenir de 1974

Sion - Neuchâtel Xamax en finale de Coupe de Suisse, une affiche qui ravive obligatoirement les souvenirs de 1974. Les Valaisans, emmenés par un Otto Luttrop omniprésent et un Umberto Barberis intenable, avaient remporté leur deuxième trophée face à des Xamaxiens néophytes à ce stade de la compétition.

Sion avait déjà fait la différence à la mi-temps par le puissant Luttrop, qui effectuait à Tourbillon un pige de six mois seulement, Barberis, 22 ans à l'époque, et Pillet. Xamax avait tout tenté pour revenir, réduisant en vain la marque par Elsig et Mathez, deux anciens sédunois.

En dépit du score et de l'enchaînement des événements, la rencontre n'avait pas atteint des sommets footballistiques. La faute peut-être au fait que les deux entraîneurs, Miroslav Blazevic et Law Mantula, ne se connaissaient que trop bien pour avoir notamment évolué ensemble en 1954 au Dinamo Zagreb.

Pour la petite histoire, déjà présent dans les sphères dirigeantes du club neuchâtelois, Gilbert Facchinetti s'était fait inscrire sur la feuille de match et avait dit, avant la rencontre, qu'il entrerait en fin de partie si le score était suffisamment favorable.

Le «Facchi» n'en avait ainsi pas eu l'occasion, lui qui avait déjà échoué trois fois en finale en tant que joueur, en 1959 (Servette), 1960 (Granges) et 1961 (Bienne).

Réactions

Laurent Roussey (entraîneur de Sion): notre adversaire a été valeureux et de grande qualité. De mon côté, je retiendrai avant tout la victoire car je n'ai pas été satisfait de l'intensité, de l'impact physique et de l'envie de bousculer Bienne. Je ne veux pas dire que l'on revient de loin, mais pas loin.

Philippe Perret (entraîneur de Bienne): tout d'abord, je félicite Sion, et comme tout vaincu en demi-finale, j'espère que l'équipe ira au bout. Malgré le fait que j'ai fait toute ma carrière à Xamax. Je suis vraiment très fier de mon équipe qui a livré un match phénoménal et qui ont vraiment tout donné. C'était quelque chose de spécial de jouer devant autant de monde, mais mes gars ne se sont pas dégonflé. On a peut-être marqué un peu vite pour espérer s'imposer.

Jonas Elmer (joueur de Sion): quand on m'a demandé d'entrer en jeu, j'étais prêt à tout donner. C'est clair que nous aurons beaucoup de pression le 29 mai pour la finale. Mais nous jouons chaque rencontre pour la gagner, jusqu'au dernier de la saison.

Goran Obradovic (joueur de Sion): Ce sera ma troisième finale, mais c'est la première que je disputerai où nous aurons l'étiquette de favoris. Bien sûr que cette victoire fait plaisir, mais nous devons absolument rester concentrés pour le match de dimanche contre Bâle. Car si on perd la finale de Coupe et que l'on termine 5e du championnat, il n'y aura pas de qualification pour la Coupe d'Europe.

Christian Constantin (président de Sion): après leur but, il fallait rester calme pour revenir. A 1-0, je voulais surtout que l'on égalise pour décrocher les prolongations.

Ton opinion