Football: Sion tient bon devant Bâle
Publié

FootballSion tient bon devant Bâle

Les Valaisans, minimalistes, ont tenu en échec les Rhénans. Un point important dans la lutte au maintien.

par
Valentin Schnorhk
(Sion)
Le duel entre Valaisans et Bâlois n’a pas connu de vainqueur.

Le duel entre Valaisans et Bâlois n’a pas connu de vainqueur.

Urs Lindt/freshfocus

Un point, c’est précieux pour le FC Sion. Alors Paolo Tramezzani et ses hommes s’y sont accrochés lundi, en tenant en échec 0-0 le FC Bâle à Tourbillon. De quoi maintenir une distance acceptable de sept points avec la place de barragiste, à six journées de la fin de la saison de Super League.

Il vaut en effet mieux pas pour Sion qu’il s’endorme trop. En faisant quelque peu fructifier leur succès de la semaine dernière (3-1 à Lugano), les Valaisans ont au moins le mérite de continuer d’augmenter leur total de points. Et dans ces temps où toutes les équipes concernées par la lutte pour le maintien trouvent le moyen de faire des points (GC, Lucerne et Lausanne ont gagné), Sion doit rester attentif. Il n’est pas sauvé.

Mais, au moins, il s’affaire à reproduire journée après journée la même stratégie: une approche attentiste, où les espaces laissés à l’adversaire se réduisent, et une recherche immédiate de la verticalité à la récupération. Cela a l’avantage de fonctionner face à des équipes en manque d’inspiration collective, comme ce FC Bâle venu à Tourbillon lundi.

Non sans un soupçon de chance. Parce que les Rhénans auraient très bien pu, et peut-être même dû, l’emporter. Notamment s’ils avaient profité des quelques approximations conjuguées de Kevin Fickentscher et de sa défense. Mais Liam Millar, à sept mètres des buts, a par exemple manqué le cadre à la 14e minute, juste avant que Sebastiano Esposito en fasse de même suite à une mauvaise sortie de balle sédunoise. Fabian Frei et Wouter Burger, eux, butaient sur le portier valaisan (69e, puis 84e).

Sion, de son côté, n’a pas fait grand-chose pour chercher à accrocher un peu plus que ce simple point. Quelques vaines tentatives lointaines (Grgic et Baltazar), mais surtout un schéma répétitif, consistant à se reposer sur un exploit individuel de Filip Stoijlkovic. Présomptueux. Mais pour Tramezzani, l’essentiel est assurément ailleurs.

Sion - Bâle 0-0

Ton opinion

2 commentaires