Angleterre: Sir Alex Ferguson explique le truc du «Fergie Time»
Actualisé

AngleterreSir Alex Ferguson explique le truc du «Fergie Time»

Le charismatique ancien entraîneur de Manchester United a révélé comment il influençait les arbitres dans les derniers instants des matches.

par
Jean-Philippe Pressl-Wenger
Le technicien écossais a souvent pu se réjouir. Son influence sur le bord de la touche n'affectait pas seulement ses joueurs.

Le technicien écossais a souvent pu se réjouir. Son influence sur le bord de la touche n'affectait pas seulement ses joueurs.

Sir Alex Ferguson a notamment construit sa légende sur sa capacité à obtenir des arbitres qu'ils prolongent le temps additionnel. L'Ecossais se levait alors de son banc, pointant de manière répétée à sa montre. Souvent, les Red Devils ont trouvé la faille durant ces ultimes minutes qui ont petit à petit pris le nom de «Fergie Time».

Dans une interview accordée à BT Sport, Ferguson a reconnu que les équipes adverses redoutaient ces fins de matches. «C'est vrai, et c'est justement parce que je savais qu'elles avaient peur que je pointais à ma montre. Pourtant, je n'y jetais que rarement un coup d'œil, je ne savais pas combien de minutes il restait, mais ça a eu l'air d'influencer les adversaires et les arbitres. C'était mon petit truc. »

Les fameuses victoires in-extremis

Un des succès les plus retentissants de ces dernières années, obtenu sur le fil par United a eu lieu en 2009. Dans un match absolument fou, Michael Owen avait offert la victoire à son club dans les arrêts de jeu contre Manchester City (4-3). Le coach des Citizens, Mark Hughes, avait été outré de voir l'arbitre prolonger la partie de six minutes alors que le quatrième arbitre en avait annoncé quatre.

La même année, Federico Macheda avait marqué la 93e minute pour offrir la totalité de l'enjeu aux pensionnaires d'Old Trafford contre Aston Villa. Mais le triomphe le plus étincelant obtenu dans le «Fergie Time» reste la victoire en finale de la Champions League en 1999 face au Bayern Munich d'Ottmar Hitzfeld.

Le Rekordmeister menait 1-0 au moment où Teddy Sheringham et Ole Gunnar Solskjaer entraient en jeu. Les deux attaquants avaient chacun battu Oliver Kahn pour soulever le trophée. Le deuxième but mancunien était alors tombé après trois minutes d'arrêts de jeu.

Ton opinion