Actualisé

SionSirops hors de prix au ski: le Valais écorne son image

En station, les amateurs de poudreuse paient parfois un prix exorbitant pour une simple carafe. C'est légal, mais la pratique génère un malaise.

par
Francesco Brienza

«Dix-huit francs pour un litre de sirop, ce n'est juste pas possible!» Le coup de gueule d'un moniteur de ski de Verbier sur notre site internet mercredi a fait du bruit. L'homme, qui s'était attablé la semaine dernière avec une dizaine d'enfants dans un bistrot de la station, a payé 26,50 fr. un coca 2 dl, un thé vert et une carafe de sirop. Contacté, le patron s'était expliqué en arguant ses frais de personnel et les places occupées par le groupe. Un autre cas nous a été signalé par une lectrice à Crans-Montana. «Au début du mois, on m'a facturé 12,50 fr. le pot de 5 dl de sirop alors que nous avions mangé sur place, s'indigne-t-elle, ticket à l'appui. J'ai gagné au concours du sirop le plus cher!»

Les pros de la branche avouent un malaise: «Ce sujet, c'est une bombe en Valais», confie un restaurateur qui prétend offrir l'eau et le sirop aux enfants. Selon lui, la question divise les pro et les anti-carafe gratuite. «Résultat: il existe un tabou pesant», estime-t-il. Président de GastroValais, André Roduit dit «comprendre les touristes qui se sentent pris en otage», mais il ne croit pas que le phénomène entache significativement l'image du canton. «Chacun est libre d'appliquer les tarifs qu'il veut, nuance-t-il. Même si l'idéal serait bien sûr d'agir avec pragmatisme et intelligence...»

Valais/Wallis Promotion ne se prononce pour sa part pas sur ce cas, mais reconnait que l'écho médiatique provoqué «peut effectivement avoir un impact négatif sur l'image» du canton.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!