Etats-Unis: Sites naturels cochonnés par une pseudo-artiste
Actualisé

Etats-UnisSites naturels cochonnés par une pseudo-artiste

Elle avait barbouillé les rochers des parcs nationaux d'œuvres douteuses: Casey Nocket a été condamnée lundi.

par
arg
Les randonneurs ont découvert avec dégoût les oeuvres signées du hashtag #CreepyThings ("trucs malsains").

Les randonneurs ont découvert avec dégoût les oeuvres signées du hashtag #CreepyThings ("trucs malsains").

photo: Kein Anbieter

«C'est de l'art, pas du vandalisme. Je suis une artiste», a clamé Casey Nocket devant le juge. En vain. Elle a écopé lundi de 2 ans de liberté surveillée, d'une interdiction d'entrer dans les parcs nationaux américains et d'une amende dont le montant reste à fixer... mais qui sera salée.

En 2014, cette ravissante blonde de 23 ans était devenue la tête de Turc des amoureux des paysages sauvages. Casey avait en effet réalisé des dizaines de peintures à même les rochers, défigurant ainsi quelques sites et panoramas grandioses dans des zones protégées, de l'Oregon au ­Colorado, en passant par la Californie.

Visages difformes

Il faut dire que les «œuvres» de la jeune femme étaient d'un goût pour le moins discutable. La plupart représentaient des visages déformés affublés d'une clope. Plus grave: Casey employait de la peinture acrylique, particulièrement délicate à effacer sans risquer de polluer les sites. Pas question d'y utiliser des nettoyeurs à haute pression ni des produits chimiques. La facture promet d'être salée.

L'artiste, qui signait fièrement ses créations du hashtag #CreepyThings («trucs malsains»), a vite été identifiée et dénoncée sur les réseaux. Face aux reproches et aux insultes, Casey ne s'est pas démontée. «Si c'était du Banksy (ndlr: la star britannique du street art), ça vous ferait bander», a ainsi ­répliqué la graffeuse à ses ­détracteurs.

Ton opinion