Cybercriminalité: Sites piratés plus courants que les mails infestés
Actualisé

CybercriminalitéSites piratés plus courants que les mails infestés

Les sites piratés fleurissent.

Les cybercriminels y recourent de plus en plus souvent pour diffuser des maliciels, plutôt que de se servir de courriels infectés, indique la Centrale d'enregistrement et d'analyse pour la sûreté de l'information (MELANI) dans son rapport semestriel publié jeudi.

La voie classique de diffusion de maliciels par le biais de courriers électroniques comprenant des annexes ou des liens ne fonctionne plus aussi efficacement qu'auparavant. Les usagers, sensibilisés au problème, s'abstiennent de cliquer sur chaque lien reçu par courriel et d'ouvrir des annexes aguicheuses.

Maliciel téléchargé

Les cybercriminels se tournent davantage vers des sites qu'ils piratent et dotent de codes malveillants. Résultat: l'internaute charge à son nom un maliciel simplement en surfant sur le site.

Souvent, les pages piratées font partie d'offres sérieuses et populaires, souligne le rapport. MELANI appelle en outre à ne pas sous-estimer le rôle joué par les moteurs de recherche. Les pirates essayent notamment de s'en prendre à des sites très bien indexés.

La centrale met en garde contre un autre danger: les attaques contres les systèmes servant à surveiller, contrôler et gérer des installations industrielles ou des infrastructures de distribution d'électricité, d'eau et de carburant. Ces systèmes sont aussi utilisés dans le secteur des transports et du trafic.

Dans ce cadre, le recours aux technologies de l'internet pour communiquer avec l'ordinateur central est toujours plus fréquent. Il est donc important d'augmenter la sécurité de ces systèmes, d'autant plus qu'ils sont essentiels au bon fonctionnement d'un pays.

(ats)

Ton opinion