Etat d'urgence au Mali: «Situation globalement sous contrôle»
Actualisé

Etat d'urgence au Mali«Situation globalement sous contrôle»

Le président malien par intérim a affirmé vendredi soir que «la situation sur le front est globalement sous contrôle» dans son pays, dont l'armée est engagée dans une offensive contre des groupes islamistes.

«La situation sur le front est globalement sous contrôle. Courageusement, nos forces armées, les fils de ce pays font face à la situation. Au prix de leur sang, au prix de leur vie, ils défendent la patrie menacée», a déclaré Dioncounda Traoré dans un message à la Nation.

Appel à la mobilisation générale

Le président malien par intérim a également exhorté ses compatriotes à «la mobilisation générale» autour de l'armée malienne. «En tant que président de la République par intérim, chef de l'Etat et chef suprême des armées, et face aux derniers développements sur le théâtre des opérations, je n'ai d'autre choix que de sonner la mobilisation générale autour de la grande armée malienne pour faire obstacle, au prix du sacrifice ultime s'il le faut», à l'avancée des islamistes armés, a déclaré M. Traoré dans un message à la Nation.

Etat d'urgence

L'état d'urgence a été instauré vendredi sur tout le territoire malien. La décision a été prise lors d'un conseil des ministres extraordinaire «compte tenu de la situation actuelle», a affirmé le porte-parole du gouvernement, Manga Dembelé devant des journalistes. Le ministre de l'Administration du territoire, Moussa Sinko Coulibaly a précisé de son côté que la mesure «entre en vigueur immédiatement et sur toute l'étendue du territoire national».

Envoi immédiat de troupes au Mali

L'armée malienne a lancé vendredi avec le soutien de la France et de plusieurs pays africains une contre-offensive dans le centre du Mali pour repousser l'avancée des islamistes vers le sud encore sous contrôle du gouvernement de Bamako.

Le président François Hollande a confirmé l'engagement des forces françaises, dont la présence sur le sol malien avait été révélée peu auparavant par des sources militaires maliennes. «Le Mali fait face à une agression d'éléments terroristes venant du Nord dont le monde entier sait la brutalité et le fanatisme», a expliqué le président Hollande.

«J'ai donc au nom de la France répondu à la demande d'aide du président malien, appuyée par les pays africains de l'Ouest», soulignant que cette opération «durera le temps nécessaire».

Dans la soirée, les pays d'Afrique de l'Ouest ont officiellement autorisé l'envoi immédiat de troupes.

Le président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), le président ivoirien Alassane Ouattara a «décidé d'autoriser l'envoi immédiat des troupes sur le terrain dans le cadre de la MISMA (Force internationale de soutien au Mali) (...)». (afp)

Ton opinion