Situation kafkaïenne pour les étudiants non européens

Actualisé

Situation kafkaïenne pour les étudiants non européens

Ils ne reçoivent pas leur visa
à temps à cause d'une attestation trop tardive.

«Inutile d'envoyer son dossier d'inscription en avance. Rien ne garantit aux étudiants qu'ils recevront leur attestation d'inscription à temps», regrette Benoît Gaillard. Le coprésident de la Fédération des associations d'étudiants (FAE) a lancé un débat au sein du Conseil de l'université sur la situation kafkaïenne des étudiants ayant besoin d'un visa.

Régulièrement, des étudiants non européens reçoivent leur attestation d'inscription trop tard pour obtenir leur visa avant la rentrée. Or, s'ils se présentent plus de deux semaines après le début des cours, leur inscription est annulée.

(«20 minutes» du 28 février.)

Il est toutefois inutile pour les étudiants concernés d'envoyer leur dossier bien avant l'échéance: «Appelés à se prononcer sur ces dossiers, les secrétariats de plusieurs facultés ont déclaré que le service des immatriculations les leur faisait parvenir simultanément», révèle Benoît Gaillard.

Ainsi, les étudiants concernés auraient beau envoyer leur dossier bien en avance, leur traitement ne se ferait pas plus vite. «Les demandes d'inscriptions des étudiants qui ont besoin d'un visa sont jugées prioritaires, rétorque Marc Deperrot, secrétaire général de l'Université. Mais on constate que cela n'est pas suffisant.»

Il recommande toutefois aux étudiants étrangers de s'y prendre bien à temps. «S'il manque une pièce, cela prend plus de temps de l'obtenir», explique-t-il. Avant Pâques, le Conseil de l'Université a reporté le débat sur cette question. Les membres de ce parlement attendent de plus amples informations des services concernés.

Joël Burri

Ton opinion