Actualisé 22.10.2010 à 13:23

Bébés congelés en SavoieSix ans de prison requis contre la mère infanticide

Une peine de six ans d'emprisonnement a été requise vendredi aux assises de la Savoie à l'encontre d'une mère accusée d'avoir tué puis congelé ses trois nouveaux-nés.

Virginie Labrosse risque six ans d'emprisonnement.

Virginie Labrosse risque six ans d'emprisonnement.

Une peine de six ans d'emprisonnement a été requise vendredi aux assises de la Savoie à l'encontre d'une mère accusée d'avoir tué puis congelé ses trois nouveaux-nés, découverts en 2007.

«Je requiers six ans d'emprisonnement qui, à mon sens, prennent en compte la gravité de ses crimes sans briser sa vie», a déclaré à la barre l'avocat général Philippe Drouet, sans requérir de mandat de dépôt immédiat à l'encontre de Virginie Labrosse.

Il a également appelé les jurés à une «sanction» qui «doit permettre de se reconnaître, se reconstruire et de voir la vie devant elle», a poursuivi M. Drouet.

L'avocat général a également estimé que «le mot-clé dans ce procès ce n'est pas le mot déni de grossesse», dont souffre l'accusée selon les experts, «mais le mot infanticide», pour lequel elle encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

L'ancien compagnon de l'accusée avait découvert en août 2007 les corps de deux nourrissons emballés dans des sacs et enfermés dans une malle de leur pavillon à Albertville, en Savoie.

Virginie Labrosse avait rapidement avoué les crimes aux enquêteurs et avait également indiqué être responsable du décès d'un troisième nouveau-né, dont elle conservait le corps dans un carton.

La mort des enfants était intervenue en 2001, 2003 et 2006 et leur mère avait d'abord entreposé les corps dans un congélateur dont elle avait dû ensuite les sortir pour les transporter dans leur nouveau logement.

Cette affaire avait été révélée moins d'un an après l'affaire des «bébés congelés» pour laquelle Véronique Courjault a été condamnée en 2009.

Le verdict est attendu en fin de journée. (afp)

Eviction d'un juré qui s'était assoupi

La cour d'assises de la Savoie a exclu un juré qui s'était assoupi pendant la plaidoirie de la défense en le remplaçant par un juré suppléant, vendredi lors du procès de Virginie Labrosse jugée pour avoir tué puis congelé ses trois nouveaux-nés découverts en 2007.

Après en avoir délibéré, «la cour ordonne le remplacement» par un juré suppléant d'un membre du jury qui s'est endormi pendant au moins cinq minutes, a déclaré la présidente Monique Zerbib, saisie par la défense.

«Je vais vous demander de bien vouloir vous lever et vous retirer», a demandé Mme Zerbib au juré fautif avant que l'audience reprenne.

Auparavant, l'un des avocats de la défense, Me Michel Jugnet avait provoqué un incident d'audience lors de la plaidoirie de son co-défenseur.

«Je suis obligé de saisir la cour pour que le juré qui dort ne puisse plus être juré», a souligné Me Jugnet avant que la présidente n'interrompe l'audience pour aller délibérer sur cette demande.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!