Neuchâtel: Six ans de réclusion infligés au voleur de voitures
Actualisé

NeuchâtelSix ans de réclusion infligés au voleur de voitures

La Cour d'assises de Neuchâtel a infligé six ans de réclusion à un homme de 32 ans accusé de multiples délits, dont le vol d'une quarantaine de voitures.

Le Ministère public avait requis neuf ans de réclusion.

La Cour a jugé le prévenu coupable d'une cinquantaine de délits figurant dans l'acte de renvoi, tout en lui accordant le bénéfice du doute sur certains vols ou circonstances d'exécution des actes reprochés. Contrairement au Ministère public, elle n'a pas retenu en revanche la participation à une organisation criminelle.

Selon le dossier d'accusation, les véhicules volés-

principalement dans des garages - ont été écoulés en Serbie dans le cadre d'un trafic international. Les faits incriminés se sont produits entre 2003 et 2006.

Le tribunal a infligé également 2 ans de réclusion au co-accusé du principal prévenu, principalement pour des escroqueries à l'assurance et le cambriolage d'un kiosque. Compte tenu d'une centaine de jours de détentions préventive, il a accordé au prévenu un sursis de quatre ans en regard du reste de la peine à effectuer.

Multi récidiviste

Comme le Ministère public, la Cour d'assises a souligné la constance du principal accusé dans les activités délictueuses, son absence de scrupule, ainsi que ses lourds antécédents judiciaires. L'accusé a été reconnu coupable aussi d'une tentative de braquage d'un centre commercial, avec projet d'enlèvement de la gérante.

La Cour a retenu en outre les préventions portant sur des vols d'essence, les cambriolages de deux kiosques, une tentative non aboutie de fabrication de fausse monnaie et de faux billets gagnants de Tribolo.

Corruption active

Le principal accusé a été reconnu coupable aussi de corruption active. Il payait en effet un agent de la police cantonale pour qu'il le renseigne sur les enquêtes en cours à son sujet, ainsi que sur les systèmes de surveillance des garages et autres lieux où il commettait ses méfaits.

Cette collaboration a valu l'an dernier à l'agent de police une condamnation à un an de prison ferme. La Cour a reporté ses conclusions sur le plan civil pour la gérante du centre commercial. Le principal prévenu, qui a accompli 600 jours de détention préventive, devra en outre s'acquitter de 50 000 francs de frais.

(ats)

Ton opinion