Agression à la hache: Six ans pour l'un des accusés
Actualisé

Agression à la hacheSix ans pour l'un des accusés

La Cour d'assises de Neuchâtel a infligé jeudi une peine de 6 ans et demi de réclusion à l'auteur d'une agression au hachoir devant une discothèque de Neuchâtel.

Six ans, c'est la peine de prison dont a écopé l'auteur d'une agression au hachoir, à Neuchâtel. Deux autres accusés ont écopé de peines avec sursis et un quatrième a été acquitté.

Pour l'accusé principal, auteur de coups violents contre une personne à l'aide d'un hachoir à viande, la Cour a retenu la tentative de meurtre par dol éventuel. Les accusés condamnés à des peines avec sursis ont été reconnus coupables de participation à une rixe et de lésions corporelles.

L'un d'eux a été condamné à une peine de deux ans de réclusion avec sursis pendant quatre ans. Il est ressorti libre du tribunal après 361 jours de détention préventive. L'autre prévenu au bénéfice du sursis a écopé d'une peine de 18 mois avec un délai d'épreuve fixé à trois ans.

Condamné à six ans et demi de réclusion, le seul auteur reconnu des coups portés avec un hachoir devra s'acquitter envers sa victime d'une somme de 23'000 francs. La Cour a retenu ce montant au titre de conclusions civiles.

Dol éventuel

La tentative de meurtre par dol éventuel, dont le principal accusé s'est rendu coupable, signifie qu'il n'avait pas l'intention de tuer, mais qu'il ne pouvait exclure une issue fatale. Le prévenu a reconnu lui-même lors du procès que la violence des coups portés et le moyen utilisé pouvaient provoquer la mort.

Par rapport aux faits mentionnés dans l'acte d'accusation, les deux prévenus condamnés avec sursis ont bénéficié du doute quant à leur degré d'implication dans les actes de violence. Il y a peu de certitudes absolues sur le déroulement des faits, a déclaré le président de la Cour, lors de la lecture du verdict.

Avocats de la défense

Mercredi, les avocats de la défense avaient plaidé en faveur d'une réduction de moitié environ des peines requises par le Ministère public. La défense avait relevé aussi la fuite en Suède de celui qui doit être considéré comme le meneur du drame survenu devant la discothèque.

Dans son verdict, la Cour d'assises a ainsi suivi en partie seulement l'accusation de tentative de meurtre, soutenue par le Ministère public envers deux accusés. Le substitut du procureur avait requis pour sa part neuf et cinq ans de prison contre ceux-ci.

Congolais

Les trois prévenus condamnés comparaissaient depuis mardi devant la Cour d'assises. D'origine congolaise, âgés de 20 ans et domiciliés à Genève, ils se sont rendus à Neuchâtel dans l'idée d'une confrontation avec d'autres Africains domiciliés à Bienne et La Chaux-de-Fonds, avec lesquels ils avaient déjà eu une altercation.

Lors des audiences du procès, l'accusé condamné à six ans et demi de réclusion a reconnu les faits. L'autre prévenu contre lequel la tentative de meurtre était requise a contesté tous les points de l'accusation. Deux personnes ont été grièvement blessées dans la rixe survenue devant la discothèque.

En mai 2009

Le drame à l'origine du procès s'est produit dans la nuit du 9 au 10 mai 2009. Une des victimes n'avait rien à voir avec le contexte de règlement de comptes. Aujoud'hui légèrement handicapée de la main droite, elle a risqué la paralysie complète à cause d'un coup de hachoir sur la nuque.

La seconde victime faisait apparemment partie du groupe rival visé par la bande genevoise. La fracture ouverte de l'os pariétal droit constatée chez elle pourrait provenir d'un coup de hache au visage, mais la Cour n'a pas été en mesure de se montrer catégorique sur l'auteur du délit. (ats)

Ton opinion