Catastrophe en Norvège: Six jours après, les secours n’espèrent plus retrouver de survivants

Publié

Catastrophe en NorvègeSix jours après, les secours n’espèrent plus retrouver de survivants

Trois personnes manquent toujours à l’appel suite au glissement de terrain survenu à Gjerdrum. Elles sont désormais présumées décédées.

Le glissement de terrain dévastateur a emporté neuf bâtiments comprenant une trentaine de logements.

Le glissement de terrain dévastateur a emporté neuf bâtiments comprenant une trentaine de logements.

AFP

Les sauveteurs norvégiens n’espèrent plus retrouver de survivants dans la localité de Gjerdrum, ravagée il y a six jours par un glissement de terrain, ont-ils annoncé mardi, portant le bilan à dix morts. Si trois personnes n’ont toujours pas été retrouvées, les autorités ont annoncé qu’elles étaient désormais présumées décédées.

«Nous n’avons plus d’espoir de retrouver des personnes en vie dans ce glissement de terrain», a déclaré une responsable de la police, Ida Melbo Oystese, en conférence de presse. «Nous avons examiné toutes les zones où il est possible d’imaginer que quelqu’un ait survécu. Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir», a-t-elle par ailleurs ajouté. Les recherches se poursuivent désormais pour retrouver les trois corps disparus.

Une fillette parmi les victimes

Localité de près de 7000 habitants à 25 kilomètres au nord-est d’Oslo, Gjerdrum a été le théâtre aux petites heures du 30 décembre d’un glissement de terrain dévastateur qui a emporté neuf bâtiments comprenant une trentaine de logements. Dans un enchevêtrement de débris, de terre et de neige, les secours ont retrouvé les corps de sept des dix personnes portées disparues. Toutes ont été identifiées dont une fillette de deux ans, son père et, depuis lundi, sa mère, enceinte.

Le désastre a aussi fait dix blessés et provoqué l’évacuation de plus d’un millier de personnes, dont certaines ont pu, depuis, regagner leur domicile. Le lieu du sinistre, un périmètre d’environ 300 x 700 mètres, a reçu dimanche la visite du roi Harald, visiblement ému, et mercredi de la Première ministre Erna Solberg, qui avait souligné que le glissement de terrain était «l’un des plus graves» que son pays ait connus. La terre qui a glissé est une argile spécifique, présente en Norvège et en Suède, qui peut se fluidifier et s’effondrer rapidement.

(AFP)

Ton opinion