21.12.2016 à 17:51

Attentat à Berlin

«Six millions d'oies victimes du terrorisme!»

Une organisation de protection des animaux a choqué les internautes allemands en comparant le sort des victimes du marché de Noël à celui de volatiles.

de
joc

L'attentat commis lundi soir au marché de Noël de Berlin a secoué la population allemande et suscité l'émotion en Europe. Sur les réseaux sociaux, les marques de soutien affluent. Les tentatives de récupération également. Le Huffington Post a repéré une publication effectuée par l'organisation de défense des animaux «Animal-Peace» peu après l'attaque.

L'association y fait part de sa tristesse, mais pas pour les douze victimes et les nombreux blessés. Non, «Animal-Peace» a pensé que l'occasion était belle pour remettre le sujet du foie gras sur la table: «Les oies? Six millions de victimes de terrorisme chaque année en Allemagne. Pour les oies, c'est tous les jours le marché de Noël. Ne l'oubliez pas!», a écrit l'organisation en accompagnement d'un lien menant à un article du «Spiegel» sur l'attentat.

Choqués par cette récupération pour le moins osée, les internautes se sont déchaînés sur «Animal-Peace». «Et après on se demande pourquoi nous autres véganes passons pour des militants extrémistes», s'agace une utilisatrice. Un internaute trouve «écoeurant» que l'organisation se serve de la mort d'êtres humains pour servir sa propre cause tandis qu'un autre, plus virulent traite les militants d'«Animal-Peace» de «pervers». Quoi qu'il en soit, l'organisation n'a pas supprimé sa publication, tout de même «likée» 77 fois jusqu'ici.

1 / 82
Un an après l'attentat de Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel, critiquée pour son manque d'empathie et des négligences de la part des autorités, rencontre les proches des victimes. (Lundi 18 décembre 2017)

Un an après l'attentat de Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel, critiquée pour son manque d'empathie et des négligences de la part des autorités, rencontre les proches des victimes. (Lundi 18 décembre 2017)

AFP
La ville de Berlin accuse la police locale d'avoir falsifié un document qui aurait théoriquement pu conduire à l'arrestation d'Anis Amri avant qu'il ne commette l'attentat. (Mercredi 17 mai 2017)

La ville de Berlin accuse la police locale d'avoir falsifié un document qui aurait théoriquement pu conduire à l'arrestation d'Anis Amri avant qu'il ne commette l'attentat. (Mercredi 17 mai 2017)

AFP
Le ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, a défendu jeudi devant la presse étrangère les deux policiers qui ont abattu Anis Amri. Les deux hommes sont soupçonnés d'être racistes ou nostalgiques du fascisme. (2 mars 2017)

Le ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, a défendu jeudi devant la presse étrangère les deux policiers qui ont abattu Anis Amri. Les deux hommes sont soupçonnés d'être racistes ou nostalgiques du fascisme. (2 mars 2017)

AFP/archive

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!