Six mordus de chocolat dégustent
Actualisé

Six mordus de chocolat dégustent

Six personnalités se sont prêtées au jeu du «blind test» gourmand.

«Rondeur en bouche, ganache onctueuse et fondante, note d'épices et de miel...» Déguster du chocolat peut être aussi complexe que du vin. Six personnalités romandes en ont fait l'expérience mercredi, invitées par la Société vaudoise et romande des patrons pâtissiers-confiseurs, chocolatiers et glaciers, en collaboration avec «20 minutes».

Après les subtilités de six pralinés aux saveurs surprenantes présentées par Marc-Henri Tavel, les cobayes ont appris à distinguer des cacaos aux consonnances exotiques: bolivia, maracaïbo ou encore arriba.

Au jeu de la devinette, le pro de la tablée – le cuisinier du Lausanne - Palace Edgar Bovier – a frisé le sans-faute. Du 21 au 29 octobre, la Fête du chocolat propose actions promotionnelles et interactives chez plus de 60 confiseurs vaudois, genevois et neuchâtelois.

(gna)

Qu'est-ce qui vous a marqué dans cette dégustation?

Pierre Maudet,politicien, 28 ans, Genève:

«Je suis nul à cet exercice: je vais surement redoubler! Le point commun entre la politique et le chocolat, c'est qu'il faut garder la ligne.»

Ana Markovic, speakerine, 25 ans, Genève:

«A force d'entremêler les goûts, je commence à saturer. Trop de sensations différentes! Le chocolat au poivre restera un sacré souvenir.»

Edgard Bovier, cuisinier, 50 ans, Lausanne:

«Le chocolat, c'est un retour à la volupté des souvenirs d'enfant; surtout en Suisse, où nous sommes les plus gros consommateurs mondiaux par tête.»

Chris McSorley, coach GE Servette, 44 ans, Genève:

«J'adore le chocolat. J'en propose à tous mes invités canadiens. Pour mes joueurs: je leur en parle, mais leur interdis d'en manger durant la saison.»

Alexandra Coulet, ex-bachelorette

24 ans, Genève:

«C'était un moment très agréable, avec des gens sympas. J'ai été surprise par les sensations que peuvent donner les différentes sortes de cacao.»

Sir Colin, DJ, 27 ans, Zurich:

«Il y en a trop, je suis perdu: difficile de séparer les goûts. Pour moi, il y a un lien direct entre chocolat, musique et sexe: cela donne de l'énergie.»

(photos: Joseph Carlucci)

Ton opinion