Actualisé 29.04.2012 à 07:12

Drame à Fribourg

Six morts dans le crash d'un petit avion

Un petit avion de tourisme piloté par un Vaudois s'est écrasé samedi après-midi près de Châtel-St-Denis. Il n'y a eu aucun rescapé et le bilan se monte à six morts. Des images témoignent de l'extrême violence du choc.

de
Grégoire Corthay

Samedi après-midi vers 15h, un monomoteur immatriculé en Suisse et piloté par un homme domicilié dans le canton de Vaud s'est écrasé dans un champ de la commune de Tatroz, près de Châtel-St-Denis. La police a confirmé qu'il n'y avait aucun survivant et annoncé, en fin de soirée, qu'il y avait six morts, quatre hommes et deux femmes. Deux des victimes ont été retrouvées au sol. Les quatre autres sont restées dans l'habitacle. Sur place, un caporal de la police cantonale fribourgeoise a précisé que les victimes étaient des habitants du village. Leurs identités n'ont pas été révélées.

L'avion avait décollé vers 14h30 de l'aérodrome lausannois de la Blécherette (VD) en direction d'Ecuvillens (FR). Il venait apparemment de survoler la région du Mont-Pélerin. Un enfant de Tatroz raconte avoir entendu «un grand boom» dans le ciel. «L'avion a ensuite décroché et a terminé sa course dans un champ proche des habitations. Il y a eu un bruit strident», précise-t-il.

Venus saluer des amis

Un adolescent de Tatroz donne d'autres précisions: «L'équipage de l'avion était venu saluer du ciel des amis dans le village. Ceux-ci prenaient l'apéro sur leur terrasse et étaient en contact téléphonique avec eux. Cette information a été confirmée par la police. L'appareil devait compter entre 4 et 6 personnes à bord et volait assez bas. Il a effectué quelques virages au-dessus du village avant de frôler un toit et de se crasher d'un coup! Il a peut-être été surpris par le vent».

Les habitants de ce petit village fribourgeois sont très choqués. Peu après le drame, la police sur place était très nerveuse et avait fermé l'accès à une partie de la commune. Le préfet de la Veveyse est arrivé sur place en fin d'après-midi et une cellule de crise a été mise en place, notamment avec des psychologues. Les circonstances du drame sont encore inconnues. Une enquête a été ouverte.

En début de soirée, la police cantonale fribourgeoise a autorisé la presse à se rendre sur place. L'avion a été complètement détruit. Des corps se trouvaient encore dans l'habitacle sous des couvertures. Les cadavres devaient être évacués dans la soirée au Centre universitaire de médecine légale à Lausanne pour des autopsies.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!