Votations du 11 mars: Six semaines de vacances: mérité et supportable
Actualisé

Votations du 11 marsSix semaines de vacances: mérité et supportable

Pour le comité national en faveur de l'initiative populaire «six semaines de vacances pour tous», ajouter deux semaines de congés serait mérité et supportable pour l'économie.

Le droit aux vacances est injuste et insuffisant. Ajouter deux semaines de congés est mérité et supportable pour l'économie, a plaidé vendredi à Berne le comité national de l'initiative populaire «six semaines de vacances pour tous».

Composé d'une vingtaine d'organisations, le comité a lancé sa campagne devant la presse sous la houlette de Travail.Suisse, auteur du texte lancé en 2007. L'initiative ne résoudra pas tous les problèmes d'un coup, a admis le président de cette faîtière syndicale Martin Flügel, mais elle permettra une meilleure récupération du stress croissant généré par le monde du travail.

Stress très onéreux

«Les travailleurs doivent ménager leurs forces car la vie professionnelle n'est pas un sprint mais un marathon», a relevé le syndicaliste. Un tiers des personnes actives souffrent du stress au travail et cela coûte cher: le Secrétariat d'Etat à l'économie chiffre les frais de santé à 10 milliards de francs par an environ.

Sans compter les frais sociaux liés aux conséquences du surmenage sur la vie de couple et de famille, a ajouté le président des Verts suisses Ueli Leuenberger. L'excès de travail restreint aussi l'engagement social et parfois la durée de la vie professionnelle.

Dès 55 ans, 20% des hommes sont à l'assurance invalidité et 40% des préretraités involontaires le sont pour raisons de santé, a illustré la conseillère nationale socialiste Josiane Aubert (VD). Il est temps que les travailleurs récoltent les fruits de l'augmentation de leur productivité qui a bondi de plus de 20% entre 1992 et 2007.

Puisque les salaires réels n'ont progressé que de 4,3% dans le même temps, il faut agir sur les quatre semaines de vacances qui n'ont plus été adaptées depuis bientôt 30 ans. La situation varie déjà selon les branches et les travailleurs bénéficient en moyenne de cinq semaines, mais ceux sans convention collective de travail sont désavantagés alors qu'ils auraient le plus besoin de repos supplémentaires.

6,8 milliards

L'entrée en vigueur de l'initiative serait échelonnée: dès l'an prochain, le droit légal passerait à cinq semaines pour tout le monde puis, à raison d'un jour de plus par an, à six semaines en 2018.

Les entreprises ne devraient en pratique assumer les coûts que d'une semaine de vacances supplémentaire, soit en moyenne cinq francs par jour et par salarié, ce qui représente 2% de la masse salariale ou 6,8 milliards de francs au total. Des chiffres à mettre en regard avec les coûts du stress, ont relevé les défenseurs de l'initiative.

La situation économique s'annonce difficile, mais ce n'est de toute façon jamais le bon moment, a commenté Paul Rechsteiner, président de l'Union syndicale suisse. En période de forte croissance, les employeurs invoqueraient le fait qu'il y a trop de travail.

Stress inévitable

Les vacances supplémentaires n'augmenteront pas la pression pesant sur les employés dans l'exercice de leur profession, a assuré M.Flügel. Selon le président de Travail.Suisse, le stress augmentera de toute façon, d'où la nécessité d'augmenter le temps de récupération.

Les policiers ont besoin de temps avec leur famille pour maîtriser les situations délicates dans leur travail, a illustré Jean-Marc Widmer, vice-président de la Fédération suisse des fonctionnaires de police. Il en va de qualité des prestations de sécurité et les policiers soutiennent cette initiative qui répond à leurs revendications pour compenser les heures supplémentaires.

La bataille sera rude car les partis bourgeois et les milieux économiques combattent l'initiative. Le comité national en faveur du texte ne dispose pas d'un budget de campagne commun. Travail.Suisse investira un demi à un million de francs dans la bataille. Syna fera surtout du travail de rue. Un site internet a été ouvert. (ats)

Pour plus d'informations cliquez ici.

Ton opinion