Mobile: Slack répond à Skype et Google Hangouts
Actualisé

MobileSlack répond à Skype et Google Hangouts

Le service professionnel de messagerie a passé aux appels vocaux sur les versions test de ses applications.

par
laf
Stewart Butterfield, cofondateur canadien de Slack et de Flickr.

Stewart Butterfield, cofondateur canadien de Slack et de Flickr.

photo: Kein Anbieter/TOBIAS HASE/dpa

Très tendance dans les entreprises, Slack s'impose comme un outil de communication toujours plus complet. La jeune pousse californienne est en passe d'étendre à ses apps mobiles iOS et Android les fonctionnalités de conversation orale déjà existantes sur la version de bureau.

L'intégration progressive de services de téléphonie sur internet (VoIP) permet de l'affranchir toujours davantage de services tiers, comme Hangouts de Google ou Skype de Microsoft. Slack avait déjà annoncé qu'il travaillait également à l'ajout de la vidéo. Etoile montante de la Silicon Valley, la société lancée en 2013 s'est donné pour mission de lutter contre la surcharge d'e-mails dans les boîtes aux lettres professionnelles. Elle facilite la collaboration en ligne et mise sur l'intégration progressive de chatbots configurables pour automatiser les tâches. Elle s'appuie aussi sur un écosystème riche de 160 applications tierces, avec des développeurs qu'elle fidélise, par exemple en publiant la feuille de route de ses projets.

Slack revendique pas moins de 800'000 abonnés payants, dont des clients aussi prestigieux qu'eBay ou la Nasa. La semaine dernière, la start-up a levé 190 millions de francs, pour une revalorisation à 3,6 milliards de francs.

Ton opinion