Actualisé 08.02.2008 à 13:12

SNCF et CFF main dans la main pour créer un RER autour de Genève

Les CFF et la SNCF sont décidés à aller de l'avant pour mettre en service, d'ici à 2013, un RER franco-valdo-genevois centré autour de Genève et Annemasse.

Ce réseau express relira une trentaine de gares et s'étendra jusqu'à Evian, Bellegarde, Annecy et Nyon.

«Nous voulons être les locomotives de ce projet», a déclaré vendredi le directeur exécutif de la SNCF Guillaume Pepy à l'issue d'une réunion de travail avec Paul Blumenthal, directeur du trafic voyageurs des CFF. Une rencontre avec les élus des deux pays est programmée le mois prochain pour aborder les questions financières.

Enorme potentiel

Avec ses 900 000 habitants, le potentiel de la région genevoise en matière de trafic ferroviaire a été qualifié d'énorme par les deux responsables. Ces derniers ont indiqué devant la presse s'attendre à une multiplication par cinq du nombre de passagers transportés à l'horizon 2020.

«Nous devons répondre à ce besoin de mobilité de la région», a relevé M. Blumenthal. Le CEVA, à savoir la nouvelle ligne ferroviaire qui devra relier la gare de Cornavin à Annemasse en passant par les Eaux-Vives, constituera «l'épine dorsale» du futur réseau RER transfrontalier.

Société commune

Pour mener à bien ce projet, les CFF et la SNCF ont mis sur pied une société commune aux deux opérateurs dénommée Transferis. Basée à Annemasse, cette entreprise sera chargée des questions de planification. Elle devra aussi étudier et comprendre le marché et les attentes des usagers.

Le projet de RER franco-valdo-genevois est très ambitieux, n'a pas caché M. Pepy. Il s'agit de rendre dans la région genevoise les transports collectifs plus efficaces que les transports individuels de manière à ce que l'usage de la voiture recule. «Nous voulons faire de l'écomobilité».

Aller vite

Pour la SNCF, le projet est «stratégique». Les CFF également y attachent une grande importance. Il a mis du temps a mûrir, mais aujourd'hui qu'il prend forme, la suite devrait aller le plus vite possible, a souhaité M. Blumenthal. Reste que beaucoup de problèmes techniques et d'infrastructures doivent encore être résolus.

Il est prévu de faire fonctionner le RER sur la base d'un horaire cadencé d'une demi-heure. Quelques 40 à 60 rames circuleront sur le réseau. Le choix du matériel roulant n'a pas encore été arrêté, mais une décision devrait être prise en avril prochain déjà. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!