Royaume Uni - Logiciel espion Pegasus: Edward Snowden se confie
Publié

Royaume UniSnowden à propos de Pegasus: «Nous sommes tous visés»

Le lanceur d’alerte américain, ex-employé de la CIA passé par Genève, livre au Guardian son sentiment après les révélations sur le logiciel espion israélien.

par
Marion Emonot
Edward Snowden répondant au quotidien britannique après les révélations liées au logiciel espion Pegasus.

Edward Snowden répondant au quotidien britannique après les révélations liées au logiciel espion Pegasus.

Capture d’écran The Guardian

Le lanceur d’alerte américain Edward Snowden, grâce auquel le monde entier a pris connaissance des captations de métadonnées téléphoniques par la NSA en 2013, a réagi auprès du quotidien britannique The Guardian. Après les révélations liées au logiciel espion israélien Pegasus, dont on apprenait ces jours qu’il s’était immiscé dans les smartphones des grands de ce monde, il estime impératif que chacun mette le holà à ces pratiques.

L’ancien employé de la CIA, qui a vécu un temps à Genève, avait déjà qualifié nos téléphones portables «d’espions de poche». Cette fois, il estime que c’est pire: «Quand Facebook vous géolocalise, vous l’avez accepté. Il s’agit là d’un programme commercial», voulant ici sans doute dire que c’est la grande cavalerie, par opposition à Pegasus. «Maintenant, ce à quoi on assiste, c’est carrément l’émergence d’une industrie qui a pour seul but de prendre le contrôle de votre téléphone, ce qui va bien au-delà du niveau d’espionnage que l’on connaissait jusqu’à présent». En résumé, «on n’avait jamais atteint un tel degré de finesse», ajoute-t-il encore.

Citoyens lambda aussi

«On prend le contrôle d’un téléphone à l’insu de celui qui l’a payé et acheté, mais qui n’en est plus vraiment le propriétaire».

Et de souligner l’ampleur du procédé. «En plus, on parle de centaines de milliers d’iPhones, car nous avons tous les mêmes logiciels pour les faire tourner. S’ils trouvent un moyen de s’immiscer dans un iPhone, ils trouvent le moyen de tous les contrôler. Et c’est ce qu’ils vendent. Il s’agit d’une attaque internationale délibérée sur une de nos infrastructures clés. Peu importe le drapeau de votre pays, peu importe votre langue maternelle, nous sommes tous visés: ministres, juges, citoyens lambda».

A la question du journaliste qui lui demande quelle solution il entrevoit, Edward Snowden répond: «Il faut qu’on travaille collectivement. On ne sera pas en sécurité tant qu’on n’aura pas changé les règles du jeu».

Ton opinion

18 commentaires