Zurich: Soigné avant d'être piqué
Actualisé

ZurichSoigné avant d'être piqué

Un employé de la centrale électrique de Zurich a retrouvé un corbeau en piteux état. Il l'a soigné pendant plusieurs mois, avant que les autorités ne s'en mêlent et ordonnent de le tuer.

par
Olivia Fuchs
Selon les autorités, Pippo vivait dans de «misérables conditions».

Selon les autorités, Pippo vivait dans de «misérables conditions».

C'est une bien triste histoire pour les employés de la centrale électrique de Zurich. Un collaborateur avait retrouvé un corbeau blessé dans la rue. Il l'a alors emmené sur son lieu de travail pour le guérir. Aidé de ses collègues, il a même construit une cage pour l'animal, qu'il a nommé Pippo.

Cage trop petite

«Le collaborateur en question voulait s'occuper de l'oiseau jusqu'à ce qu'il soit de nouveau apte à voler», raconte le porte-parole de la centrale électrique de Zurich, Harald Graf. Mais plusieurs tentatives de libération du corbeau seraient restées vaines. Après six mois, les autorités ont eu vent de l'histoire et ont décidé de piquer l'animal. «Une personne nous a signalé le corbeau à la centrale électrique», explique Urs Philipp, chef du Service cantonal de chasse et de pêche. Un contrôle de la police et du garde-chasse aurait démontré que la cage de l'animal était beaucoup trop petite. L'oiseau y aurait vécu dans des «conditions misérables».

Violation de la loi

«Il était incapable de voler et n'aurait plus jamais pu être relâché», a raconté Urs Philipp à «20 Minuten.

Tenir un corbeau dans de telles conditions serait une grave violation de la loi sur la protection des animaux. «Les personnes auraient directement dû appeler le garde-chasse au lieu d'enfermer l'oiseau dans une cage», estime Urs Phi­lipp. Selon ce dernier, tuer Pippo était le seul moyen de le libérer de ses souffrances.

Ton opinion