Berne - Soins intensifs: «un patient sur cinq n’a pas survécu»
Publié

BerneSoins intensifs: «un patient sur cinq n’a pas survécu»

Le responsable des soins intensifs de l’Hôpital de l’île constate que les personnes actuellement hospitalisées sont très gravement malades par rapport aux vagues précédentes.

Les lits des unités de soins intensifs sont occupés à flux tendu.

Les lits des unités de soins intensifs sont occupés à flux tendu.

20min/François Melillo

Le professeur Stephan Jakob, responsable des soins intensifs au sein de l’Hôpital de l’île à Berne, a décrit, vendredi, la situation dans son unité de soins, rapporte la «Berner Zeitung». «Nous avons actuellement 7 patients Covid à l’Hôpital de l’île dont deux femmes enceintes et deux personnes de moins de 40 ans. Ils sont tous non vaccinés. Avec un total de 27 patients, notre service est plein à 95%. Par rapport aux vagues précédentes, les patients sont très gravement malades. Trois d’entre eux sont sous assistance respiratoire et souffrent de défaillances multiples des organes.» Le professeur ajoute que les 350 patients traités dans son service souffrant du Covid sont restés en moyenne neuf jours. Certains ont séjourné jusqu’à deux mois. Et ceux qui passent le moins de temps sont ceux qui sont décédés rapidement.

Proche de la saturation

Autre constat du spécialiste: «le taux de mortalité des patients Covid est de 20% aux soins intensifs.» D’autres décèdent ensuite de séquelles comme hémorragies cérébrales ou crises cardiaques. Les cas de Covid long sont également légion. Par rapport aux patients souffrant d’autres pathologies qui séjournent aux soins intensifs, un patient Covid a besoin de beaucoup plus de temps et donc occupe plus longtemps une place. Le professeur poursuit en expliquant que, pour fonctionner correctement, une unité de soins intensifs ne doit jamais être remplie à 100%. Un taux normal se situe à 75%

Aucun pays d’Europe n’a autant de patients Covid aux soins intensifs

Même au Royaume-Uni où les nouvelles infections sont plus nombreuses, les hôpitaux sont moins occupés qu’en Suisse, montre un graphique dans le «Tages-Anzeiger» qui calcule le taux, par million d’habitants, de personnes admises en unités de soins intensifs. Note pays compte ainsi 34,8 personnes atteintes du Covid pour un million d’habitants, alors qu’en Italie on est à 8,7 personnes et en Allemagne à 12. Seule la France a une proportion proche de celle de la Suisse avec 33,7.

La corrélation entre cette occupation massive des soins intensifs et le nombre de personnes vaccinées n’est pas claire. Ainsi, l’Autriche, qui a un taux de vaccination proche de celui de la Suisse, n’a que 12,5 personnes aux soins intensifs pour un million d’habitants et le Portugal, champion de la vaccination, en a 14,6. Les mesures prises dans chaque pays sont différentes et plus ou moins contraignantes et ont ainsi des effets plus ou moins visibles.

(jbm)

Ton opinion