Villeneuve (VD): Soirée clandestine dans les ruines du FunPlanet: 300 fêtards évacués
Publié

Villeneuve (VD)Soirée clandestine dans les ruines du FunPlanet: 300 fêtards évacués

L’entrée dans la nouvelle année s’est globalement déroulée dans le calme dans le canton de Vaud, à l’exception de Villeneuve où la police à dû interrompre une «rave party».

par
comm/eto/scl/bz
Dans la nuit de jeudi à vendredi, une « rave party » a réuni entre 200 et 300 jeunes dans  l’ancienne halle désaffectée du FunPlanet à Villeneuve.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, une « rave party » a réuni entre 200 et 300 jeunes dans l’ancienne halle désaffectée du FunPlanet à Villeneuve.

Lecteur reporter

La nuit de la Saint-Sylvestre a été globalement calme dans le canton de Vaud, sauf à Villeneuve où la police a dû intervenir pour évacuer de jeunes fêtards, qui se sont donnés rendez-vous dans l’ancienne halle désaffectée et dangereuse du FunPlanet.

La « rave party » a réuni entre 200 et 300 jeunes qui ont investi les lieux dans le but d’y faire la fête jusqu’au petit matin. Avec un dispositif conséquent, les forces de l’ordre ont évacué l’ensemble des fêtards sans incident. Quatre personnes interpellées et identifiées. Elles seront dénoncées aux autorités compétentes, indique un communiqué de la police vaudoise.

La dangerosité du bâtiment du FunPlanet endommagé depuis 2009 suite à un incendie, et l’utilisation de génératrices à essence dans un espace clos a nécessité l’évacuation de l’ensemble des noctambules notamment pour leur propre sécurité. Le matériel dont la sonorisation a été saisi et les manifestants sont repartis en direction de Lausanne à bord d’un train spécialement affrété pour l’événement.

Un témoin habitant dans les environs de la gare raconte avoir été réveillé par le bruit vers 4h30: «La police criait dans un haut-parleur que la loi était violée et menaçait d'infliger des amendes», raconte-t-il. «Après cela, j'ai entendu des fêtards crier. Certains lançaient des insultes aux agents. Selon lui, des pétards ont également explosé.

Le FunPlanet, un bâtiment dangereux

Selon les forces de l’ordre, ces rassemblements de personnes en cette période de coronavirus contreviennent à l’article 40 de la Loi fédérale sur la lutte contre les maladies transmissibles de l’homme (Loi sur les épidémies, LEp – mesures visant la population ou certains groupes de personnes), ainsi qu’à l'application de l'ordonnance fédérale sur les mesures destinées à lutter contre l'épidémie de COVID-19 en situation particulière et sur certaines mesures cantonales complémentaires.

L’événement a nécessité l’engagement de plus d’une centaine de policiers pour le service d’ordre et le maintien de l’ordre de la Police cantonale appuyés par d’autres policiers des Polices municipales vaudoises, d’inspecteurs de la sûreté vaudoise et du Détachement d’action rapide et de dissuasion (DARD). Le dispositif était également appuyé par la Police cantonale valaisanne, la Police des transports (TPO) ainsi que par les sapeurs-pompiers du Haut-Lac.

Ton opinion

543 commentaires