Suisse: Solide résultat annuel pour La Poste
Actualisé

SuisseSolide résultat annuel pour La Poste

En 2012, La Poste a dégagé un bénéfice de 859 millions de francs, légèrement inférieur à celui de l'année précédente (904 millions), en raison d'une conjoncture économique qualifiée d'«exigeante».

Les produits d'exploitation se chiffrent à 8,582 milliards de francs et sont restés relativement stables (8,599 milliards). Le léger recul du bénéfice est principalement dû aux hausses des charges de prévoyance en faveur du personnel, précise La Poste jeudi dans un communiqué.

L'entreprise ajoute que ce recul a pu être contenu grâce à l'augmentation de la productivité et à celle du chiffre d'affaires sur les colis et les prestations de transport. L'évolution des quatre marchés de la Poste (communication, marché de la logistique, services financiers grand public, transports publics) est contrastée.

Le recul du bénéfice s'explique par l'évolution contrastée des quatre marchés de La Poste (communication, logistique, services financiers grands publics et transports publics). Sur celui de la logistique, le résultat d'exploitation a passé de 162 millions de francs en 2011 à 152 millions, malgré des quantités de colis en augmentation. La baisse est plus marquée sur le marché de la communication (de 111 millions en 2011 à 61 millions).

Ce recul est principalement dû aux hausses des charges de prévoyance en faveur du personnel, explique l'entreprise, qui emploie actuellement quelque 62'000 collaborateurs pour une masse salariale de trois milliards de francs. Il a pu être contenu grâce à l'augmentation de la productivité et à celle du chiffre d'affaires sur les colis et les prestations de transport.

«Nous avons toutes les raisons de penser que le Conseil fédéral confirmera début juin que La Poste a de nouveau atteint les objectifs stratégiques fixés lors du dernier exercice», poursuit M.Hasler. Pour l'année en cours, l'ex-régie fédérale prévoit un résultat semblable à celui de 2012, mais une baisse significative de ses bénéfices à partir de 2014.

«Des défis croissants»

«Les défis vont croissant pour La Poste», a relevé Susanne Ruoff, directrice générale de l'entreprise, qui doit pour assurer sa survie réaliser entre 700 et 900 millions de bénéfice annuel. Cette somme est nécessaire au financement de la caisse de pensions, à l'augmentation des fonds propres de PostFinance, au versement des dividendes à la Confédération ainsi qu'aux divers investissements.

Le bénéfice 2012 de La Poste devrait ainsi permettre à cette dernière de verser 200 millions à la Confédération au titre des dividendes ainsi que de consolider sa caisse de pensions (100 millions) et de renforcer ses réserves. Cette répartition est soumise à l'approbation du Conseil fédéral.

Dès 2014, le géant jaune s'attend toutefois à devoir jouer plus serré. Le changement de comportement de la clientèle dû à l'évolution des moyens de communication électroniques, la poursuite du recul des volumes de lettres et de journaux qui en découle régressant chaque année de 2%, ou l'intensification de la concurrence sur le marché de la logistique constituent autant de défis pour l'avenir.

Baisses prévues

«Nous sommes donc confrontés à une baisse de nos recettes mais aussi à une augmentation de nos coûts», souligne Susanne Ruoff. Selon elle, La Poste doit réagir en développant les activités de base, en exploitant les potentiels de croissance, en contrôlant les coûts et en appliquant une politique de prix adaptée au marché.

Par exemple, le marché des colis «offre de bonnes possibilités de croissance», avec une progression annuelle de 4 à 5%. La Poste compte proposer entre autres des colis intelligents, le destinataire pouvant décider de la date et du lieu de distribution. Dans le secteur des lettres, il y aurait également un potentiel à capter au niveau des envois publicitaires.

PostFinance plus autonome

La Poste est en passe de devenir une société anonyme de droit public, «La Poste Suisse SA», dont la majorité des actions doivent rester aux mains de la Confédération. Elle regroupera les sociétés nouvellement créées Poste CH SA et PostFinance SA, ainsi que CarPostal Suisse SA. Les changements de statuts devraient intervenir le 26 juin et prendre effet rétroactivement au 1er janvier 2013.

Postfinance se verra octroyer en 2013 une autorisation d'agir en tant que banque et sera soumise à la surveillance de la FINMA. L'autonomie et la flexibilité accrues dont bénéficiera prochainement la société ne devraient pas empêcher le bénéfice de La Poste de baisser dès 2014, comme elle s'y attend.

Selon le géant jaune, la contribution de PostFinance au bénéfice du groupe devrait diminuer, entre autres en raison du bas niveau des taux d'intérêt du marché. «Ceux-ci auront des répercussions négatives sur le bénéfice, qui ne pourront pas être compensées par l'afflux attendu de nouveaux capitaux plus élevés», précise Mariano Masserini, porte-parole de la Poste.

PostFinance continuera d'être géré par sa propre direction, mais la société devra rendre compte des résultats à son nouveau Conseil d'administration, déjà constitué par celui de La Poste. Il comprend deux membres de la direction, deux actionnaires et trois membres externes. Une garantie d'Etat limitée sera maintenue pour PostFinance au cours des cinq prochaines années. (ats)

Ton opinion