Etats-unis: Somalien jugé pour des actes de piraterie
Actualisé

Etats-unisSomalien jugé pour des actes de piraterie

Il s'agit du premier procès pour des actes de piraterie organisé aux Etats-Unis depuis plus d'un siècle.

Un jeune Somalien comparaissait mardi devant un tribunal de New York pour avoir participé à la prise en otage du capitaine d'un cargo américain dans le Golfe d'Aden.

Le juge fédéral a demandé mardi à ce que l'audience se déroule à huis-clos, en raison de l'âge du suspect, peut-être mineur. Le jeune homme, Abdiwali Abdiqadir Muse, s'est mis à pleurer en arrivant au tribunal. Il est le seul survivant des pirates ayant pris en otage pendant cinq jours Richard Phillips, le capitaine du «Maersk Alabama», la semaine dernière.

Selon les parents du garçon, ce dernier n'a que 16 ans. La justice américaine affirme qu'il en a 18, ce qui signifie que le parquet n'a pas besoin d'avoir recours à une procédure extraordinaire pour le poursuivre devant un tribunal américain.

Selon une source judiciaire proche de l'affaire, le jeune homme a été inculpé en vertu de deux lois fédérales méconnues concernant la piraterie et la prise d'otages. Les chefs d'inculpation n'ont pas encore été rendus officiels.

L'adolescent a été transféré mardi par avion depuis le continent africain jusqu'à New York.

«J'appelle le président Obama à pardonner à mon adolescent, je lui demande de libérer mon fils ou au moins de me permettre de le voir et d'être avec lui durant le procès», a déclaré Adar Abdirahman Hassan, la mère du jeune homme, dans un entretien téléphonique accordé à l'Associated Press depuis Galkayo, en Somalie.

Le père du suspect, Abdiqadir Muse, a affirmé que les pirates ont menti à son fils, lui promettant qu'ils allaient gagner de l'argent. «Il est juste allé avec eux sans savoir dans quoi il mettait les pieds», a-t-il déclaré à l'AP par téléphone.

Il a aussi précisé qu'il s'agissait de la première sortie de son fils avec les pirates, le décrivant comme un «jeune garçon très discipliné» qui était éduqué dans une école islamique.

Selon les experts, la question de l'âge du suspect pourrait influencer le procès, parce que les mineurs sont protégés par les lois internationales et que ce facteur pourrait entrer en compte dans la détermination de la peine s'il était reconnu coupable.

Sa famille a fait appel à un centre d'aide juridique pour la Somalie, (Somali Justice Advocacy Center), basé à Menneapolis, pour aider à lui trouver un avocat, selon le directeur de l'organisme, Omar Jamal. «C'est un adolescent confus, jeté au milieu de la nuit (...) dans le système judiciaire des Etats-Unis, venant d'un pays où il n'y a pas de loi du tout», a-t-il déclaré, précisant que le jeune homme ne parlait pas anglais.

Le suspect a été arrêté par les Américains juste avant qu'un commando de tireurs d'élite des SEAL, les commandos de marine, abattent depuis l'USS Bainbridge trois ravisseurs du capitaine du «Maersk Alabama», la semaine dernière. (ap)

Ton opinion