Congrès du PSS: Sommaruga: «nous ne sommes pas à l'étroit»
Actualisé

Congrès du PSSSommaruga: «nous ne sommes pas à l'étroit»

Le sentiment qu'ont des Suisses de se sentir «à l'étroit» dans leur pays, «ne vient pas de nulle part.» La conseillère fédérale Sommaruga l'a dit samedi lors du congrès socialiste de Lugano.

Pour la cheffe du Département fédéral de justice et police, ce sentiment - «attisé à des fins politiques» - s'explique par la forte immigration qu'a connu la Suisse ces dernières années.

L'explication donnée par certaines forces politiques que cette hausse est due à la libre circulation des personnes est erronée, selon la conseillère fédérale. «Notre économie forte attire les immigrés», a-t-elle souligné.

Les aspects négatifs de ce phénomène se sont faits sentir: hausse du coût des loyers dans les centres urbains, sous-enchère salariale et travail au noir. Il s'agit donc d'exiger des mesures d'accompagnement à la libre circulation des personnes, a ajouté la Bernoise.

Egalité salariale

La conseillère fédérale socialiste s'est aussi prononcée sur l'égalité salariale entre hommes et femmes. Il faut ainsi oeuvrer «pour une Suisse féminine et créer les conditions qui permettent aux femmes qualifiées de ne pas devoir choisir entre la carrière et la famille», a-t-elle déclaré.

«Cette égalité n'est toujours pas réalisée. Voici 30 ans que nous nous accommodons de cette violation de la Constitution fédérale!» a- t-elle lancé, provoquant une ovation de la salle.

Intégration des grands patrons

En fin de discours, la cheffe du DFJP est revenue sur le discours de l'immigration, au centre de ce congrès: «l'acceptation de l'immigration dépend d'une bonne intégration des migrants, et ceci ne vaut pas seulement pour l'immigré «normal», mais aussi pour les grands patrons qui gagnent des millions.»

Mme Sommaruga a ainsi cité «les grands dirigeants des banques suisses qui s'expriment en anglais lorsqu'ils donnent une interview». Un signe d'arrogance, pour elle. «La personne qui est capable de diriger une banque internationale devrait aussi savoir prononcer quelques phrases en français, allemand ou italien dans un micro!» a-t-elle conclu.

(ats)

Ton opinion