Crise des rohingyas: Sommet en Birmanie: le DFAE oeuvre à la paix
Actualisé

Crise des rohingyasSommet en Birmanie: le DFAE oeuvre à la paix

Une délégation suisse prend part à la réunion Asie-Europe (ASEM), qui se tient depuis lundi dans la capitale birmane.

1 / 119
Des crimes de guerre ont bien été commis contre les Rohingyas mais pas de génocide, assure un rapport d'enquête birman lundi. (20 janvier 2020)

Des crimes de guerre ont bien été commis contre les Rohingyas mais pas de génocide, assure un rapport d'enquête birman lundi. (20 janvier 2020)

AFP
L'ancienne icône de la démocratie Aung San Suu Kyi comparait devant la Cour internationale de justice mardi pour défendre la Birmanie, accusée par d'autres pays de «génocide» contre les Rohingyas. (Mardi 10 décembre 2019)

L'ancienne icône de la démocratie Aung San Suu Kyi comparait devant la Cour internationale de justice mardi pour défendre la Birmanie, accusée par d'autres pays de «génocide» contre les Rohingyas. (Mardi 10 décembre 2019)

Keystone
Aung San Suu Kyi, à gauche, est accueillie par un représentant du Myanmar à son arrivée à l'aéroport de Rotterdam, aux Pays-Bas. (8 décembre 2019)

Aung San Suu Kyi, à gauche, est accueillie par un représentant du Myanmar à son arrivée à l'aéroport de Rotterdam, aux Pays-Bas. (8 décembre 2019)

AFP

Une délégation du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE), conduite par sa secrétaire d'Etat, a pris part à la réunion Asie-Europe (ASEM) depuis lundi à Naypyidaw. Elle contribue ainsi à la recherche d'une solution pour le rapatriement des réfugiés rohingyas.

L'ASEM aura permis à la Suisse - qui a été un des premiers pays à ouvrir une ambassade en Birmanie, en 2012, à l'issue de la dernière dictature militaire - de poursuivre par la diplomatie son engagement quotidien sur place. Elle y promeut la paix et la coopération par ses objectifs d'accès aux besoins immédiats et de respect des droits humains.

En octobre dernier, une délégation de l'armée birmane avait été accueillie sur sol helvétique. Il s'est alors agi de montrer à ces militaires la différence entre se défendre contre les attaques criminelles et protéger la population.

Pas donneuse de leçons

La Suisse ne s'érige pas en donneuse de leçons dans un pays où l'armée a encore beaucoup d'influence, mais «demande clairement que les faits soient établis et les responsables des violations punis», explique mardi à l'ats la secrétaire d'Etat, Pascale Baeriswyl.

Elle considère que la réunion de l'ASEM a été profitable tant au Bangladesh qu'à la Birmanie «pour les obliger à coopérer dans la recherche d'une solution pour le rapatriement des réfugiés».

Rencontres informelles

«La réunion de l'ASEM - à laquelle la Suisse participe pour la troisième fois - est un meeting formel, à l'issue duquel une déclaration est publiée», rappelle Pascale Baeriswyl. «Paix et stabilité sont cette année au coeur de ce document».

«Par ailleurs, cette réunion permet des rencontres informelles au niveau ministériel, vingt-cinq en ce qui me concerne», ajoute-t-elle à quelques minutes d'un rendez-vous avec la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, qui est notamment chef de la diplomatie. Détaillant le programme des deux journées écoulées, la secrétaire d'Etat précise que la Corée du Nord, l'Ukraine et les réfugiés rohingyas ont figuré au rang des principaux dossiers abordés.

Défis communs

«Pour être résolus durablement, les défis mondiaux ou régionaux doivent être abordés par les Etats, ensemble» a, selon un communiqué du DFAE, insisté sa secrétaire d'Etat. L'ASEM joue depuis 1996 le rôle de forum interrégional pour les échanges multilatéraux entre l'Europe et l'Asie. Les 53 membres de l'ASEM représentent près de 60% du PIB mondial, plus de 60% de la population mondiale et environ 60% du commerce mondial.

La promotion de la paix et de la stabilité en Asie et en Europe, la mise en oeuvre du programme de développement durable 2030 ainsi que le développement de la coopération entre les Etats asiatiques et européens ont été au centre de cette 13e réunion des ministres des affaires étrangères. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion