Monthey (VS): Son ex-mari condamné, elle doit passer à la caisse
Actualisé

Monthey (VS)Son ex-mari condamné, elle doit passer à la caisse

Un banquier a écopé de prison ferme pour avoir détourné 800'000 francs. Et celle dont il est aujourd'hui divorcé devra rembourser un montant qui lui avait directement profité.

par
Christian Humbert
iStock/Image prétexte

Le cas est rare: l'ex-épouse d'un banquier de Monthey (VS), condamné lundi à de la prison ferme pour escroquerie, a elle aussi été visée par la décision de la justice. Pourtant, elle n'était pas accusée dans cette affaire. Mais une partie de la somme détournée par celui dont elle est aujourd'hui divorcée lui a directement profité: elle a servi à financer la construction de son chalet, la réalisation d'un mur de soutènement et des travaux de peintures. La femme devra donc verser 50'000 francs au Canton du Valais, au titre de créance compensatrice.

Folles nuits en boîte

Le tribunal s'est penché sur cette affaire la semaine passée. Un gérant de fortune d'UBS avait détourné à son profit 800'000 francs entre 2001 et 2011, somme qu'il a puisée dans les comptes de trois de ses clients. Outre l'argent pour le chalet de son ex, le quinquagénaire s'est offert une voiture, a payé ses impôts et a amorti sa dette hypothécaire. Surtout, il a passé pas mal de folles nuits avec des prostituées. Il lui arrivait parfois de laisser 1500 francs par soir dans ces boîtes de nuit.

L'homme a aussi ponctionné de nombreux autres comptes mais sans se servir, juste pour enjoliver la situation. Des clients se sont ainsi retrouvés à disposer de sommes énormes, quand d'autres étaient à sec. Ce n'est qu'au bout de dix ans que les lésés et l'UBS ont découvert le pot-aux-roses.

La banque n'était pas présente à l'audience, ayant passé un accord financier confidentiel avec le prévenu. Elle a également trouvé un arrangement avec ses clients mais l'un d'eux, insatisfait, était au tribunal et réclamait compensation, requête rejetée par la Cour. Les juges bas-valaisans ont par ailleurs considéré qu'UBS assumera ses propres frais.

Six mois fermes

Quant au prévenu, le Tribunal l'a condamné à 30 mois de prison, dont 6 fermes, pour escroquerie, suivant ainsi la réquisition du procureur. La défense, elle, avait plaidé pour une peine avec sursis complet.

Et, tout comme son ex-épouse, l'ancien gérant de fortune devra par ailleurs s'acquitter d'une créance compensatrice auprès du Canton du Valais. Mais pour lui, le montant a été fixé à 150'000 francs. Le banquier devra également supporter 18'000 francs de frais de justice.

La défense ne devrait à priori pas faire appel, a commenté lundi Me Fernand Mariétan.

Ton opinion