Actualisé 09.10.2017 à 18:59

FranceSon mari obèse, le crématorium gonfle la note

Une habitante du sud-ouest de la France a perdu son mari au mois de septembre. La douloureuse a été d'autant plus salée que l'homme était en surpoids.

C'est la douche froide pour Régine. Cette Ariégeoise a enterré son mari décédé le 19 septembre. Quelques jours après la cérémonie, elle a eu une mauvaise surprise en recevant la facture du crématorium ayant incinéré son défunt époux. Au départ, elle avait signé un devis d'un montant de 782 euros.

«Les volontés de mon mari étant une crémation, l'agent funéraire nous propose d'appeler le crématorium de Pamiers, dans l'Ariège, afin de fixer immédiatement une date. Elle est arrêtée au vendredi 22 septembre à 17 h 30. Je donne mon accord pour le devis proposé d'un montant de 782 euros. De retour chez moi, je préviens tous mes proches de la date et de l'heure des obsèques», raconte Régine à la «Dépêche».

C'est à la veille de la cérémonie que le crématorium l'a appelée pour déplacer la date à cause du poids «important» de son mari. Un accord est trouvé pour que les obsèques se déroulent le jour annoncé. Mais la facture reçue par la veuve se monte à 1337 euros, soit 555 euros de plus qu'initialement annoncé.

«Si un mort est lourd, la crémation dure plus longtemps et monopolise plus de personnel. Le coût supplémentaire est justifié, se défend l'entreprise. Nous risquions alors de faire surchauffer notre four.» Le crématorium explique également que les personnes obèses ne sont pas incinérées en fin de journée et qu'elles mobilisent davantage de personnel. «Sur le contrat, il y avait bien la mention jusqu'à 145 kg, mais personne ne m'a dit que s'il pesait plus, j'allais devoir payer plus», déplore Régine.

(20 minutes)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!