Egypte: Son mariage peut lui coûter sa nationalité

Actualisé

EgypteSon mariage peut lui coûter sa nationalité

La justice égyptienne doit se prononcer le mois prochain pour dire si un Egyptien ayant épousé une Israélienne doit être déchu de sa nationalité.

La Haute cour administrative doit statuer début juin, dans un dossier qui illustre la sensibilité du sujet en Egypte malgré la paix signée avec Israël il y a plus de trente ans.

L'an dernier, un tribunal de première instance avait demandé au ministère de l'Intérieur d'examiner le cas d'un Egyptien marié à une Israélienne, et de leurs enfants, afin de «prendre les dispositions nécessaires pour les déchoir de leur nationalité».

Les ministères égyptiens de l'Intérieur et des Affaires étrangères ont fait appel de cet arrêt, arguant du fait que ce genre de décision relevait du Parlement.

Me Nabil al-Wahsh, l'avocat qui a porté l'affaire devant le tribunal de première instance, fait valoir que «la loi sur la nationalité égyptienne met en garde contre tout mariage avec une personne considérée comme sioniste».

Il a affirmé à l'AFP que les autorités égyptiennes avaient refusé de fournir le nombre exact d'Egyptiens mariés à des Israéliennes, qu'il estime pour sa part aux alentours de 30.000. «La majorité sont mariés à des Israéliennes considérées comme sionistes, et seulement 10% ont épousé une arabe israélienne», a-t-il ajouté.

Des milliers d'Egyptiens, en particulier ceux qui vivaient en Irak et avaient dû quitter le pays lors de la guerre du Golfe de 1990, sont partis trouver du travail en Israël, où ils se sont souvent mariés.

L'Egypte a été, en 1979, le premier pays arabe à signer la paix avec l'Etat hébreu. La question des relations avec Israël reste toutefois toujours très polémique au sein de la société égyptienne. (afp)

Ton opinion