Son nom est Hans, Hans Schaudi. Et il est en ligne

Actualisé

Son nom est Hans, Hans Schaudi. Et il est en ligne

Pour toute une génération de collégiens romands, les Schaudi évoquent le dur apprentissage de l'allemand.

«Guten Tag, ich heisse Hans, Hans Schaudi.» Au simple énoncé de cette phrase, un grand nombre d'anciens écoliers se retrouvent plongés dans un passé qu'ils croyaient à jamais enfoui.

Et pourtant. Le 28 août, un site Internet sera lancé, entièrement consacré au souvenir de Vorwärts, la méthode d'enseignement de l'allemand qui a sévi dans les collèges vaudois, genevois, jurassiens et du Jura bernois, durant les années 1980-1990.

Aujourd'hui, les plus âgés de ces anciens élèves ont plus de 30 ans. Et certains d'entre eux ont visiblement l'esprit encore potache, puisque c'est sur un ton délirant qu'ils font en ce moment la promotion par courrier électronique du nouveau site, comme une grande marque lancerait un nouveau produit en faisant durer le suspens.

Durant une quinzaine d'années, diapositives et bandes-son ont raconté aux collégiens les palpitantes aventures des Schaudi. Hans, le fils, Liesl et Heinrich, les parents, «Lumpi», le chien, et Lieselotte, la cousine, vivent à Cadolzburg, près de Nüremberg. Nous sommes dans les années 1970, dans l'univers complètement aseptisé et conservateur d'une Allemagne de l'Ouest post-renaissance économique.

Plus ringard tu meurs, mais n'est-ce pas précisément là le charme de ces vieux souvenirs que l'on ressort? Une troupe de théâtre jurassienne en avait déjà eu l'idée sur scène récemment: il ne manquait plus que la Toile.

Grégoire Nappey

Ton opinion