Lausanne: Son temple du sexe illégal lui vaut une amende salée
Actualisé

LausanneSon temple du sexe illégal lui vaut une amende salée

Le proprio d'un immeuble a été puni: il avait transformé ses locaux en salons de massage insalubres.

par
Christian Humbert
Les prostituées bossaient dans des conditions innommables.

Les prostituées bossaient dans des conditions innommables.

Le grand nettoyage avait eu lieu le 19 mai 2014. Ce jour-là, 52 prostituées se sont retrouvées à la rue, éjectées des locaux malsains et dangereux où elles exerçaient, à la route de Genève. Leur loueur va devoir passer à la caisse. Il vient d'être condamné pour exercice illégal de la prostitution et une série d'infractions pour avoir aménagé des boxes de passe.

«Il a pris la liberté de diviser les surfaces sans permis de construire», note une procureure. Deux niveaux du bâtiment, prévus pour des bureaux et des logements, sont devenus des studios exigus et sans aération dévolus au sexe. Treize bordels y ont été installés, au mépris de toute loi. Absence d'hygiène, insécurité, dangers extrêmes pour les filles et leurs clients: les alertes et les condamnations multiples n'ont pas fait réagir le proprio de 57 ans.

L'enquête a démontré des conditions de vie innommables. Et dangereuses, puis­que les locaux étaient dépourvus d'extincteur, d'indicateurs de voies de secours (de toute manière inexistantes). C'est une chance qu'aucun incendie ne se soit produit. «Agissant sans foi ni loi», le quinquagénaire offrait des «conditions de travail contraires à la dignité humaine», estime la procureure.

Déjà condamné en 2007 pour usure par métier, en 2011 et en août 2014, il écope d'une amende de 18'000 francs.

L'immeuble ne compte plus aucune prostituée, assure Sébastien Jost, porte-parole de la police lausannoise. Le propriétaire condamné a entrepris des travaux de mise en conformité.

Ton opinion