Piratage: Sony menace de poursuivre Twitter
Actualisé

PiratageSony menace de poursuivre Twitter

Le studio a menacé de poursuivre Twitter s'il ne bloque pas les messages reproduisant les documents volés par les pirates qui ont revendiqué l'attaque informatique dont il a été victime.

1 / 206
07.07.2016 La Corée du Nord a estimé vendredi que les sanctions financières prises la veille par Washington contre Kim Jong-Un équivalaient à une «déclaration de guerre».

07.07.2016 La Corée du Nord a estimé vendredi que les sanctions financières prises la veille par Washington contre Kim Jong-Un équivalaient à une «déclaration de guerre».

AP/Wong Maye-e
06.07.2016 Les Etats-Unis ont annoncé mercredi des sanctions financières contre le leader nord-coréen Kim Jong-Un pour violations des droits de l'homme.

06.07.2016 Les Etats-Unis ont annoncé mercredi des sanctions financières contre le leader nord-coréen Kim Jong-Un pour violations des droits de l'homme.

epa/Kcna
02.06 Le communiqué publié par l'ONU mercredi condamne les deux tirs d'avril ainsi que celui conduit mardi qui s'est soldé par un nouvel échec.

02.06 Le communiqué publié par l'ONU mercredi condamne les deux tirs d'avril ainsi que celui conduit mardi qui s'est soldé par un nouvel échec.

Kcna

D'après une lettre de l'avocat de Sony David Boies à la directrice juridique de Twitter, Vijaya Gadde, reproduite dans différents médias ainsi que sur le site scribd, Sony affirme que le compte Twitter @bikinirobot reproduit les documents volés par les GOP («Guardians of Peace») sur les serveurs du studio.

La lettre précise que Sony Pictures Entertainment ne «tolérera pas la reproduction et la dissémination (...) des documents volés» lors de l'attaque informatique du 24 novembre.

«Nous vous demandons de suspendre ce compte dans les plus brefs délais», précise la lettre, sans quoi Sony Pictures Entertainment «tiendra Twitter pour responsable» des dégâts entraînés par la reproduction d'e-mails ou autres documents de travail volés à Sony (scripts, documents financiers, contrats, données personnelles d'employés, etc.) et demandera des dommages et intérêts.

Par ailleurs, un groupement représentant au total 250 salles de cinéma indépendantes a lancé une pétition sur le site change.org pour demander à Sony de leur permettre de projeter la comédie controversée «L'interview qui tue!», qui raconte un complot fictif de la CIA pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-un.

Cette satire a déclenché l'ire de Pyongyang qui aurait commandité l'attaque informatique contre Sony, selon les autorités américaines. Le régime communiste nie être impliqué dans le piratage, mais a en loué les auteurs.

«Nous, la communauté des salles d'art et d'essai, nous engageons à soutenir Sony et l'exploitation en salles de «L'interview qui tue!» si Sony décidait de sortir le film en salles», ajoute la pétition. (afp)

Ton opinion