Actualisé 04.03.2013 à 09:19

JaponSony se renfloue en vendant ses actifs

Le géant de l'électronique a annoncé lundi la vente à la maison de courtage Nomura des 13,14% qu'il détenait dans la société nippone de services ludiques pour mobiles DeNA. L'opération entre dans le cadre des mesures destinées à renflouer sa trésorerie.

La transaction, dont le montant sera annoncé mardi selon Sony, va permettre au groupe d'enregistrer un gain exceptionnel de 40,9 milliards de yens (410 millions de francs) au quatrième trimestre de l'exercice en cours. Toutefois, cette opération est en gros déjà prise en compte dans les prévisions financières annoncées le 7 février.

DeNA est une société créée en 1999 qui propose différentes prestations en ligne, notamment une très populaire plate-forme de jeux pour mobiles appelée Mobage ainsi qu'une application communautaire et de téléphonie gratuite nommée Comm.

Train de mesures

Sony a indiqué se séparer de ces titres «dans le cadre du passage en revue de son portefeuille d'actifs» afin de mener à bien sa stratégie qui consiste à consolider ses activités centrales.

Le groupe avait déjà annoncé récemment la cession de 6% de la société M3, une filiale qui gère un site internet d'informations réservées au corps médical. Cette opération devait entraîner l'enregistrement d'un profit exceptionnel de 115 milliards de yens (1,15 milliard de francs).

Il a aussi fait part la semaine passée de la cession d'un immeuble de bureaux à Tokyo pour 111,1 milliards de yens, une transaction qui devait également lui rapporter un gain de 41 milliards de yens sur son bénéfice d'exploitation au quatrième trimestre de l'exercice en cours.

Le fleuron nippon de l'électronique avait en outre déjà décidé en janvier la vente de son siège américain à New York pour 1,1 milliard de dollars.

Besoin de liquidités

Sony est contraint de faire du tri dans ses activités et biens divers en raison d'une situation financière dégradée par la férocité de la concurrence sur les produits électroniques grand public. Le groupe a de surcroît besoin de liquidités pour réorganiser ses activités au profit de celles censées avoir le meilleur avenir.

Sony a par ailleurs puisé dans ses caisses en injectant près de 50 milliards de yens (500 millions de francs) dans son compatriote Olympus tombé à court d'argent après un scandale de manipulation de comptes. Ce partenariat porte sur les technologies électroniques pour le secteur médical, endoscopes en premier lieu.

Sony a aussi, entre autres grosses opérations, racheté au suédois Ericsson les 50% de parts que ce dernier détenait dans une société commune de téléphones mobiles, Sony-Ericsson, désormais redevenue une filiale à part entière de Sony sous la raison sociale Sony Mobile Communications. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!