Cinéma: Sophia Loren fête ses 75 ans
Actualisé

CinémaSophia Loren fête ses 75 ans

Sophia Loren, actrice à la beauté sculpturale, fête dimanche ses 75 ans. Elle s'est hissée au panthéon du cinéma non seulement par un strip-tease d'anthologie mais aussi par son interprétation bouleversante d'une femme méprisée dans «Une journée particulière».

L'actrice, qui vit aujourd'hui en Suisse, ne devrait pas déroger à sa règle d'or. «Les anniversaires, je ne les ai jamais fêtés», a toujours affirmé la comédienne, qui à 71 ans avait posé en déshabillé pour le célèbre calendrier Pirelli.

«Le sex-appeal, c'est à 50% ce que vous avez, et à 50% ce que les gens pensent que vous avez», a confié un jour l'actrice. Elle a cependant toujours pris un soin extrême de son apparence et on la voit encore régulièrement aux défilés de son ami Giorgio Armani.

Nue

Fille illégitime d'un ingénieur, Sofia Villani Scicolone naît le 20 septembre 1934 à Rome, mais elle passe son enfance et son adolescence près de Naples. Dès l'âge de 15 ans, elle participe à des concours de beauté et commence à décrocher de petits rôles.

Sophia, qui change l'orthographe de son prénom pour la scène, joue une esclave dans «Quo Vadis» en 1950 et dévoile pour la première fois son physique explosif en posant seins nus dans «Quelles drôles de nuits» (1951). Elle ne s'est jamais remontrée nue depuis, soulignant avec humour que «Sophia Loren nue, ça représente beaucoup de nudité».

Carlo Ponti

C'est sur le tournage de «Sous les mers d'Afrique» (1953) que Sofia Loren rencontre le producteur Carlo Ponti, son aîné de 22 ans. Il deviendra l'homme de sa vie et son pygmalion au cinéma. Ils auront deux enfants: Carlo Junior né en 1968 et Edoardo né en 1973.

Sa carrière prend alors son envol et elle tourne des films à l'ambition internationale comme «Pain, amour, ainsi soit-il» de Dino Risi en 1955, année où elle fait la une de «Life Magazine» en combinaison transparente.

En 1957, elle épouse Carlo Ponti par procuration au Mexique, mais la justice italienne le condamne pour bigamie car il était encore marié à sa première femme Giuliana Fiastri. Ils finissent par convoler en 1966 (Carlo Ponti mourra en 2007).

Hollywood

A partir de 1957, elle joue à Hollywood aux côtés des plus grands acteurs de l'époque: Clark Gable, Peter Sellers, John Wayne et Franck Sinatra. En 1958, «L'orchidée noire» de Martin Ritt lui apporte sa première consécration lorsqu'elle reçoit à Venise la coupe Volpi de la meilleure actrice.

Quatre ans plus tard, en 1962, elle reçoit l'Oscar de la meilleure actrice pour son rôle de femme du peuple dans «La Ciociara» (»La Paysanne aux pieds nus») de Vittorio De Sica, qui lui vaut aussi le Prix d'interprétation féminine à Cannes. Elle recevra en 1991 un deuxième Oscar pour l'ensemble de sa carrière.

De Sica

Elle continue sa collaboration avec Vittorio De Sica pour cinq autres films qui remportent un grand succès: «Boccace 70» (1962), «Les Séquestrés d'Altona (1962)», «Hier, aujourd'hui, demain» (1963), «Mariage a l'italienne» (1964) et «Les Fleurs du soleil» (1970).

Dans «Hier, aujourd'hui et demain», Sophia Loren, en porte- jarretelles et bas résille, se déshabille devant un Mastroianni tétanisé, jappant et hululant de désir face à l'icône sexy du cinéma italien.

Scola

Elle doit ensuite l'un de ses plus beaux rôles à «Une Journée particulière» d'Ettore Scola (1977). Elle y incarne une femme au foyer méprisée par sa famille. Elle y retrouve son complice de toujours, Marcello Mastroianni. En 1994, leur duo mythique est réuni une dernière fois par Robert Altman dans «Prêt-à-porter».

Désormais légende vivante du cinéma italien, l'actrice doit tourner bientôt à Rome dans un film sur sa vie où elle jouera le rôle de sa propre mère.

(ats)

75 bougies aussi pour BB

Dansant un mambo suggestif dans «Et Dieu créa la femme» ou allongée sur la banquise canadienne aux côtés d'un bébé phoque: Brigitte Bardot, 75 ans le 28 septembre, a incarné dans sa jeunesse l'actrice française la plus sulfureuse avant de devenir la femme d'un seul combat, la défense des animaux. A partir de 1952, l'actrice, qui a débuté sa carrière comme mannequin, impose sur les écrans un physique de rêve. Au delà, elle symbolise rapidement une certaine liberté sexuelle dans une France conservatrice.

Comme dans le fameux film de son premier époux Roger Vadim (1956), qui fait scandale, ou dans sa vie privée, alignant maris et amants.

Ton opinion