Actualisé 14.12.2008 à 17:29

InterviewSophie Lukasik: «Ma scène d'amour avec Depardieu...»

Sophie Lukasik joue dans la série «Photo-sévices», à voir durant les Fêtes sur TSR1. Mais elle fait aussi ses premiers pas au cinéma, avec Guillaume Depardieu.

de
Caroline Goldschmid

La comédienne franco-suisse de 36 ans joue aux côtés de Laurent Deshusses dans la série comique «Photo-sévices», diffusée durant les Fêtes sur TSR1. Mais Sophie Lukasik a aussi décroché son premier rôle au cinéma, et pas des moindres. Elle a tourné une scène d'amour avec Guillaume Depardieu, juste avant le décès de ce dernier. Interview avec une actrice à suivre de près.

– 20minutes.ch.  Parlez-nous de votre rôle dans la série «Photo-sévices»...

– Sophie Lukasik. C'est Laurent Deshusses, l'auteur et coréalisateur de la série, qui m'a contactée pour me proposer le rôle de Sophie Courage, alors que ce n'est pas mon registre habituel. Elle est assez froide, secrète et très professionnelle.

– Comment s'est déroulé le tournage?

– C'était très soutenu! On a tourné un épisode par jour. Mais on a quand même toujours le temps de créer de la complicité avec ses partenaires à l'écran. Laurent était le seul que je connaissais car j'avais joué à ses côtés dans une pièce de Shakespeare au théâtre de Carouge en 1996.

– Une suite est-elle prévue?

– Oui, nous allons tourner les dix prochains épisodes en mai 2009. Apparemment, l'équipe reste inchangée.

– Jusqu'ici, vous avez principalement joué dans des pièces de théâtre. «Photo-sévices» est-elle votre première série télévisée?

– J'ai joué dans deux téléfilms mais c'est ma première série, effectivement. Sinon, je viens aussi de tourner mon premier rôle pour le cinéma.

– Dites-nous en plus!

– J'ai tourné avec Guillaume Depardieu en Roumanie, en septembre dernier, juste avant sa mort. Le film, réalisé par Alex Iordachescu, s'intitule «L'enfance d'Icare» et devrait sortir au printemps. J'ai eu une semaine de tournage à Bucarest et toutes mes scènes étaient avec lui car j'incarne son ex-femme. C'était incroyable! Guillaume était un personnage hallucinant. Il disait sans arrêt qu'il allait mourir à la fin du film, qu'il en était convaincu. Il était dans un tel état qu'on avait l'impression qu'il pouvait partir d'un moment à l'autre.

– C'est la première fois que vous rencontriez Guillaume Depardieu. Comment avez-vous vécu son décès, le 13 octobre dernier?

– C'était une rencontre tellement forte! Quand je suis rentrée de Roumanie, j'étais sur une autre planète. Je n'avais jamais joué avec quelqu'un d'aussi intense. J'étais couverte de bleus car dans la scène de rupture il m'a empoignée très fort tellement il était dedans. Apprendre qu'il était mort m'a paru surréaliste...

– Qu'est-ce qui vous a marquée?

– Quand nous avons filmé la scène d'amour, il était nu, dans le lit, sans sa jambe. Je pensais que la prothèse débutait au genou mais il avait perdu toute sa jambe, jusqu'au haut de la cuisse. C'était très émouvant. Le film raconte justement l'histoire d'un homme qui cherche un moyen de retrouver sa jambe et sa dignité. Pour Guillaume, c'était d'autant plus difficile d'être filmé sans sa prothèse.

– Nous allons donc vous voir à la télé pendant les Fêtes et au cinéma au printemps. Des nouveaux projets pour le théâtre?

– Si tout va bien, on va commencer en août prochain les répétitions de «Trio». Cette pièce, écrite par Dominique Ziegler, est basée sur l'affaire du banquier Edouard Stern, assassiné par sa maîtresse, Cécile B. J'y incarnerai cette dernière. La pièce va être montée au Théâtre de Poche à la rentrée prochaine.

«Photo-sévices» du 20 au 24 et du 27 au 31 décembre à 20 h 10 sur TSR1

«Photo-sévices» du 20 au 24 et du 27 au 31 décembre à 20 h 10 sur TSR1

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!