JO 2012 - Badminton: Sorties sous une bronca, elles risquent gros

Actualisé

JO 2012 - BadmintonSorties sous une bronca, elles risquent gros

Quatre paires de double du tournoi féminin de badminton pourraient être sanctionnées pour avoir offert des simulacres de matches. Chacune essayant visiblement de ne pas gagner.

par
Oliver Dufour
Londres
L'arbitre a tenté de remettre les joueuses dans le droit chemin.

L'arbitre a tenté de remettre les joueuses dans le droit chemin.

Mardi à la Wembley Arena, des sifflets et des huées ont accompagné deux matches en double féminins. Remontés, les spectateurs ont assisté à ce qui ressemblait à des efforts considérables pour éviter de remporter la partie dans chaque camp. Déjà qualifiées pour les quarts de finale, ces quatre paires auraient apparemment cherché à s'offrir un parcours plus facile aux tours suivants.

Deux équipes sud-coréennes, une chinoise et une indonésienne ont participé à cette mascarade. Le cas le plus flagrant concernait le match entre les Chinoises Yu Yang et Wang Xiaoli et les Sud-Coréennes Jung Kyung-eun et Kim Ha-na. A tour de rôle, les joueuses ont passé la plupart de leur temps à servir dans le filet, ou à jouer trop long, hors des limites du court. Le plus long échange de cette farce a duré seulement quatre coups.

Expulsées, puis autorisées à continuer

L'arbitre de la partie, Thorsten Berg, a plusieurs fois averti, puis menacé d'exclusion les équipes. Il a même brandi un carton noir en direction des quatre joueuses, synonyme d'expulsion, avant de changer d'avis suite à leurs protestations. Les Coréennes, qui n'étaient pas têtes de série, l'ont finalement remporté deux sets à un, avant de quitter l'enceinte sous les quolibets du public. L'équipe chinoise s'est ensuite justifiée par le fait qu'elle cherchait à conserver des forces pour la suite du tournoi.

La délégation chinoise a ouvert une enquête. «Le Comité olympique chinois s'oppose à toute attitude qui violerait l'esprit sportif et la morale», a déclaré un porte-parole olympique chinois

La Fédération internationale de badminton (BWF) a elle aussi lancé une investigation. Elle a confirmé qu'en cas de tricherie avérée, les coupables pourraient être poursuivies pour n'avoir «pas fourni leurs meilleurs efforts pour remporter un match». Les deux autres paires également dans le collimateur de la BWF sont les Sud-Coréennes Ha Jung-Eun et Kim Min-Jung, ainsi que les Indonésiennes Meiliana Juahari et Greysia Polii.

Ton opinion