16.09.2020 à 13:44

EMILY RATAJKOWSKI«Soudain ses doigts étaient à l'intérieur de moi»

Le top américain a raconté comment un photographe l'a agressé sexuellement lors d'une séance photo alors qu’il n'avait que 20 ans.

Pour la première fois, dans les pages du New York Magazine, Emily Ratajkowski a évoqué la soirée au cours de laquelle un photographe l'a agressée sexuellement alors qu'elle n'avait que 20 ans. Un jour de 2012, son agent l'invite à prendre le bus jusqu'à Woodstock pour faire une séance photo pour un magazine avec Jonathan Leder. Elle ne pose pas de questions, «mon agent contrôlait ma carrière de A à Z, je faisais ce qu'il me disait de faire».

D'abord pas très à l'aise dans l'appartement du photographe, la jeune femme se détend grâce aux verres de vin qu'elle boit toute la soirée. Elle découvre qu'elle devra poser en lingerie. Les photos «sont juste un peu ennuyeuses et crispées», lance le photographe. «Enlève ton rouge à lèvres et défais tes cheveux» lui ordonne-t-il puis «essayons nue maintenant». D'habitude «confiante, sans peur et fière» lors des séances photo dans le plus simple appareil, la jeune femme chancelle: «À la seconde où j'ai enlevé mes vêtements, une part de moi s'est dissociée. J'ai commencé à flotter en-dehors de moi».

«Je peux gérer ça seule, ai-je pensé»

Emily Ratajkowski

La peur s'est emparée d'elle quand la maquilleuse a décidé d'aller se coucher. «J'étais en colère contre elle de m'avoir quittée mais je ne voulais pas avouer que sa présence avait fait une différence. Je peux gérer ça seule, ai-je pensé». Puis tout s'enchaîne très vite. «Je ne me souviens pas l'avoir embrassé mais je me souviens que soudain ses doigts étaient à l'intérieur de moi. De plus en plus fort (…) Ça me faisait vraiment, vraiment mal», raconte le top. «J’ai attrapé instinctivement son poignet et j’ai retiré sa main avec force. Je n’ai pas dit un mot. Il s’est levé brusquement et est parti silencieusement dans l’obscurité».

Le photographe a démenti ces accusations, de manière outrancière: «Vous savez de qui nous parlons, n'est-ce pas? C'est la fille (…) qui rebondissait nue dans le clip de Robin Thicke. Vous croyez vraiment que quelqu’un pense qu’elle est une victime?». Classe, élégant.

(mc/20 minutes)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!