Unsplash
05.11.2020 à 11:32

Body & soulSouffrez-vous de la fatigue liée à la pandémie?

L’OMS estime que 60% de la population est touchée par cet état de lassitude. Ce qui se cache derrière le phénomène et ce que disent les chercheurs aide à le combattre.

von
Gloria Karthan
5.11.2020

Vous vous souvenez de la première vague de la pandémie? Ceux qui le pouvaient restaient à la maison autant que possible. En se lavant soigneusement les mains, beaucoup d’entre nous comptaient tranquillement jusquà 30 dans leur tête et, tout en faisant la queue devant le magasin d’alimentation, nous prenions soin de respecter les distances indiquées avec du ruban adhésif sur le sol. Certains ont profité du temps qu’ils avaient pour trouver un nouveau passe-temps. Ils ont fait du pain et du banana bread, dautres ont jardiné ou ont essayé de nouveaux exercices de gym dans leur salon, avec une motivation sans pareil.

Unsplash

Contrairement à cette époque qui a l’air bien lointaine, l’humeur actuelle liée à la deuxième vague est complètement différente, affirment les chercheurs de lOMS. Beaucoup dentre nous sont maintenant épuisés par le Covid-19 et les restrictions qui y sont associées. Cette condition est appelée fatigue pandémique.

60% des personnes sont touchées, selon l’OMS

Pourquoi lOMS se préoccupe-t-elle, non seulement du coronavirus mais aussi de la fatigue pandémique? Parce que les personnes qui en souffrent sont moins motivées à respecter les réglementations pour contenir la pandémie. Selon les calculs de lorganisation, jusquà 60% de la population européenne est actuellement touchée par la fatigue pandémique.

Elle se manifeste par un sentiment de désespoir. «Les gens ont été contraints de vivre pendant des mois dans lincertitude. Dans de telles circonstances, il est compréhensible de se sentir apathique et démotivé», déclare dans un communiqué Hans Henri P. Kluge, directeur de la branche européenne de l’OMS.

Unsplash

Ce qui devrait aider à lutter contre la fatigue pandémique

Cependant, lexpert est confiant: «Même si nous sommes fatigués de cette situation, je crois que nous pouvons surmonter les défis actuels grâce à des impulsions nouvelles ou ravivées.» Les chercheurs de lOMS ont fourni des idées sur la manière dont les États membres pourraient faire face à la lassitude croissante face à la pandémie.

La population devrait notamment être mieux associée à lélaboration des nouvelles règles. Après tout, si les règles ne sont pas acceptées, la population ne les respectera pas. «Les citoyens sont au centre de la solution et les politiciens devraient les traiter en conséquence», a ajouté Hans Henri P. Kluge. Il préconise également que les experts en médecine et en santé ne soient pas les seuls à avoir leur mot à dire. En Allemagne, par exemple, le gouvernement a consulté des philosophes, des historiens, des théologiens, des spécialistes du comportement et des sciences sociales.


À l’approche des Fêtes de fin d’année, «nous devons répondre à nos besoins par des moyens nouveaux et innovants. Soyons créatifs pour y parvenir», a-t-il détaillé. «Nous l’avons vu pendant le Ramadan, lorsque des groupes communautaires ont trouvé des solutions sûres pour rompre le jeûne, notamment en le faisant virtuellement ou en livrant des repas à domicile pour les célébrations à distance», a-t-il rappelé.

En ce qui concerne la lutte contre la fatigue pandémique, le directeur régional de lOMS est certain qu’ «une approche courageuse, avec de lempathie, nous permettra de traverser cette crise».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Claude François

05.11.2020 à 12:23

Un article si long pour rien? Je m'attendais à avoir au moins une solution en lisant, rien, néant, ce type a envie de faire parler de lui ou bien le journal peutêtre.

PASSONS à AUTRE CHOSE

05.11.2020 à 11:47

Oui bien raison et aussi fatigué de nos GOUVERNEMENT.......S